Soutenez

1er juillet: une trentaine de ménages devront être hébergés d’urgence à l’hôtel

Le vice-président du comité exécutif et responsable de l'habitation, des stratégies et transactions immobilières, des affaires juridiques et des projets immobiliers stratégiques et maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, en compagnie du directeur de la gestion des demandes, des logements abordables et des suppléments au loyer de l’Office municipal d'habitation de Montréal (OMHM), Vincent Brossard. Photo: Josie Desmarais - Métro

Si la tendance se maintient d’ici vendredi, 33 ménages montréalais devront être logés d’urgence à l’hôtel. Au total, ce sont 81 ménages en difficulté qui cherchent toujours un logement.

La difficulté de se trouver un logement a été exacerbée par la pandémie, les rénovations d’appartements en hausse, la fragilité du marché immobilier ainsi que l’inflation, estime la Ville.

«On le dit aux familles à l’écoute, si vous éprouvez des problèmes de logement, nous sommes prêts», a lancé le vice-président du comité exécutif Benoit Dorais, lors d’une conférence de presse, mardi. «Si vous appelez au 311 et que vous mentionnez votre problème, vous serez redirigés vers le bon service.»

De plus en plus de ménages en arrachent, et ça, c’est préoccupant […] Depuis plusieurs années, il est aussi devenu problématique pour la classe moyenne de se loger.

Benoit Dorais, vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal

L’opposition officielle, Ensemble Montréal, conteste quant à elle les techniques d’aide au logement de la Ville, qui «n’empêche pas l’augmentation du nombre de ménages hébergés».

«C’est pourquoi, en février dernier, Ensemble Montréal a proposé de créer une banque de 100 logements abordables en prévision du 1er juillet, et ce, en collaboration avec des groupes communautaires. Projet Montréal a rejeté cette motion. On ne peut pas espérer des résultats différents en utilisant les mêmes méthodes année après année», dénonce le chef du parti, Aref Salem.

À l’aide

La Ville prépare son Opération premier juillet «depuis des mois». Au total, ce sont 3,4 M$ qui ont été investis dans l’opération, soit plus de deux fois plus qu’en 2019. L’administration Plante en vient à la même conclusion que ses partenaires communautaires: les deux paliers de gouvernement doivent investir davantage dans les logements sociaux et communautaires. Ces instances doivent s’entendre pour accélérer la construction de logements abordables.

«Si on pense qu’on est dans le trouble, ce sera pire si nous n’allons pas de l’avant avec nos chantiers. Si les gouvernements ne débloquent pas des sommes, nous aurons plus de problèmes, s’est enflammé M. Dorais. C’est important, il faut que ça se concrétise: 1300 unités de logement auraient déjà pu être construites à Montréal depuis un bon moment.»

M. Dorais identifie Régina, Toronto et Calgary comme des villes dans lesquels des projets d’habitation abordables ont été financés plus rapidement qu’à Montréal. En vue des prochaines élections provinciales, il invite les partis à faire des propositions en matière de logement.

Plusieurs ressources sont à la disposition des Montréalais qui sont toujours à la recherche d’un logement, en plus du 311. Chaque arrondissement dispose d’un comité logement et les citoyens peuvent se tourner vers d’autres organismes et programmes, comme la Société d’habitation du Québec (SHQ) et AccèsLogis.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.