Soutenez

Ensemble Montréal demande une patrouille web contre le crime

Abdelhaq Sari
Abdelhaq Sari Photo: Pablo A. Ortiz

Près d’une semaine après qu’un triple meurtre eut secoué Montréal et Laval, l’opposition officielle à Montréal presse l’administration Plante d’agir. Le parti Ensemble Montréal demande la création, d’ici la fin de l’année, d’une patrouille web pour assurer une vigie des groupes radicaux et criminels, et limiter la cybercriminalité.

La constitution d’une patrouille web faisait partie des engagements de Projet Montréal à l’issue du Forum sur les violences armées, tenu cet hiver. Le parti au pouvoir n’a toujours pas offert d’échéance à cet égard. «N’attendons pas un deuxième forum avant d’agir», implore le porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique, Abdelhaq Sari, en conférence de presse mercredi.

«Beaucoup de disputes naissent en ligne pour ensuite se transporter dans les rues. Ça impose une sensibilisation et une prévention
constantes», ajoute le conseiller d’arrondissement d’Ensemble Montréal Philippe Thermidor.

De plus, le parti demande la promotion d’espaces d’expression sécuritaires pour permettre aux jeunes de discuter sur le web. Le développement d’une plateforme de clavardage pour les victimes de cybercriminalité a notamment été soulevé. Des campagnes de sensibilisation dans les lieux publics, comme les parcs, pourraient également être développées.

Selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), la cybercriminalité est passée de 20% à 30% au cours des cinq dernières années. Près de la totalité des dossiers traités portent sur l’utilisation de Facebook, Snapchat, Instagram et YouTube.

Pour faire entendre ses demandes, dont celle sur la mise en place d’une patrouille web, Ensemble Montréal tentera de faire adopter une motion au prochain conseil municipal, le 22 août. L’appui de Projet Montréal demeure incertain. «On va [en] débattre en chambre», s’est limité à commenter le responsable du parti en matière de sécurité publique, Alain Vaillancourt.

Inactivité blâmée

Valérie Plante fait preuve d’une «absence totale de proactivité» quant aux violences armées, estime Ensemble Montréal. La mairesse s’est prononcée sur le triple meurtre environ 48 heures après que son auteur, Abdulla Shaikh, eut été abattu. «D’autres villes ont été plus proactives, estime M. Sari. Ça se voit que ce n’est pas sa priorité.»

Projet Montréal s’est défendu en rappelant que son engagement à mettre en place une patrouille web ne date que de quelques mois. «Dans un cas comme le web, il faut faire nos devoirs, ce n’est pas aussi simple que de mettre quelqu’un sur le web pour le faire interagir avec les gens, a riposté M. Vaillancourt. Ce ne sont pas des questions éthiques simples.»

Abdulla Shaikh aurait utilisé une arme artisanale pour abattre ses victimes, toutes choisies au hasard. Souffrant de schizophrénie, il n’aurait pas eu de motifs particuliers pour agir.

«Quand on parle d’avoir une ville sécuritaire, il faut travailler sur tous les fronts, a plaidé Valérie Plante lors d’une allocution tenue au conseil exécutif, mercredi. Mais il faut aussi s’occuper des causes systémiques, surtout quand ils [les agresseurs] ont accès à des armes et de s’attaquer à des innocents comme ça s’est passé la semaine dernière.»

La mairesse a comparé le triple meurtre à la tuerie au sabre survenue dans le Vieux-Québec à l’Halloween 2020. Le tueur, Carl Girouard, prétend avoir deux personnalités.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.