Soutenez

«Va-t’en chez vous»: une engueulade raciste filmée à LaSalle

L'incident raciste a été filmé par la victime et partagé sur Facebook.
L'incident raciste a été filmé par la victime et partagé sur Facebook. Photo: Capture d'écran, Facebook/Nadisha Hosein

Une famille de LaSalle a décidé de porter plainte à la police pour incident haineux après une engueulade raciste avec un passant. L’altercation verbale, filmée par la mère, circule sur les réseaux sociaux depuis.

Le 11 août dernier, Nadisha Hosein faisait marche arrière pour sortir de son domicile quand un passant l’a interpellée. Elle était accompagnée de son mari, Pramit Patel, de leur fille de huit ans et de l’amie de celle-ci.

«On était dans l’auto. J’ai reculé dans l’entrée et j’ai vu le monsieur qui marchait sur le trottoir alors je me suis arrêtée. L’homme est venu sur l’autre côté et il a dit en anglais: “you people have to stay on the driveway or the street, you’re not allowed on the sidewalk” (vous autres, vous devez rester dans l’entrée ou dans la rue, vous n’avez pas le droit d’arrêter sur le trottoir”)», relate la femme de 44 ans, en entrevue avec Métro.

Nadisha et sa famille n’avaient jamais vécu de racisme à Montréal ou ailleurs au Québec auparavant, dit-elle. Tous les membres de la famille sont bilingues français-anglais.

L’homme leur a reproché de lui répondre en anglais. «On est au Québec, il faut me parler en français», leur a-t-il lancé, dans une scène partagée sur Facebook et sur Twitter.

Je pense qu’il a vu juste la couleur de ma peau. […] Il nous a dit, en anglais d’ailleurs: Retournez en Inde ou au Pakistan.

Nadisha Hosein

Pendant plusieurs secondes dans la vidéo, on entend le passant blanc leur demander de «rentrer chez eux», bien que le couple s’y trouve déjà.

«Je suis née à l’hôpital Royal Victoria, et mon mari à St Mary’s. Je ne voudrais jamais partir du Québec, je suis fière d’être Québécoise. Ça fait 50 ans que mes parents sont ici, il ne s’est jamais passé une chose comme ça», confie Nadisha.  

«Est-ce qu’on est de la mauvaise couleur?»

Après avoir insulté la famille, dont l’héritage est sud-asiatique, l’homme s’en est également pris à la voisine du couple. Cette dernière est en effet sortie de chez elle pour lui demander de mettre un terme à ses propos racistes. «T’es de la France toi? Va-t’en chez vous», lui a-t-il répondu en la pointant du doigt. 

Après un peu plus de deux minutes, l’homme est reparti en continuant de s’en prendre verbalement à ceux qu’ils considéraient comme des non-Québécois qui n’avaient «rien à faire ici».

 Cette altercation a profondément choqué la famille, et tout particulièrement Danika, âgée de 8 ans.

Quand on est parti pour son tutorat, elle m’a demandé «est ce qu’on est de la mauvaise couleur?». J’ai dit que non, il y a juste des gens qui sont stupides. Elle n’a jamais connu ça, le racisme. Elle a été traumatisée par l’événement.

Nadisha Hosein

Pour Nadisha aussi, revoir les images qu’elle a filmées est difficile. «De juste voir son visage, ça me rend très anxieuse», confie-t-elle.

Le SPVM informé des faits

Pendant l’agression, l’amie présente a appelé au 911. À la suite de cet appel, deux policières auraient rendu visite au mari, resté seul au domicile, pour écouter sa version de l’incident.

Le lendemain, Nadisha est allée au poste de police pour montrer la vidéo aux fonctionnaires, qui ont pris la copie. «Ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire, car c’étaient juste des insultes et pas des menaces. Si jamais il revient, ils nous ont dit de prendre une vidéo et de les appeler», raconte la mère de famille.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) leur a alors indiqué qu’il serait possible de délivrer une ordonnance restrictive pour empêcher l’auteur des insultes de s’approcher à nouveau de la famille.

Une enquête a bien été ouverte, confirme le SPVM dans un courriel. Le dossier a été transmis au Module des incidents et crimes haineux (MICH), incluant la vidéo de l’incident, indique la police. S’il s’agit d’un incident haineux, «des actions de sensibilisation et de prévention seront entreprises auprès de la personne à l’origine de l’incident. Un suivi sera également fait avec la personne plaignante.»

La différence entre un crime et un incident haineux

Il faut savoir qu’un crime haineux et un incident haineux ne partagent pas les mêmes définitions.

Selon un dépliant du SPVM, un crime haineux est une infraction criminelle, alors qu’un incident est un acte non criminel. Le premier se définit par une attaque physique en raison de la couleur de peau, des menaces liées à la confession religieuse d’une personne ou encore du vandalisme par des graffitis à caractères haineux.

Un incident peut être qualifié de haineux lorsqu’il y a diffusion de matériel offensant ciblant un groupe ethnique, des gestes vexatoires envers une personne en raison de sa religion, ou encore des insultes à caractère homophobe ou raciste.

«Les gestes à caractère haineux sont inacceptables et nous invitons toute personne qui en est victime à nous rapporter ceux-ci. Si vous êtes victime ou témoin d’un crime haineux, composez immédiatement le 911 pour demander de l’aide.»

Créé spécialement pour ce genre d’événement, le Module des incidents et des crimes haineux du SPVM existe depuis 2016.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.