Soutenez

Montréal demande à Québec une meilleure gestion de l’eau

La Ville de Montréal souhaite que les redevances en eau soient augmentées.
La Ville de Montréal souhaite que les redevances en eau soient augmentées. Photo: iStock

Dans une déclaration adoptée lors de la séance d’octobre du conseil municipal, la Ville de Montréal demande à Québec d’augmenter les redevances sur l’eau, de rendre publiques les quantités puisées et de consacrer les nouveaux revenus engendrés aux infrastructures d’eau des municipalités.

La Ville souhaite ainsi que l’eau soit gérée comme une «ressource naturelle publique» et que les redevances soient haussées à leur «juste valeur». Les revenus supplémentaires qui en découleraient seraient alors réinvestis dans les infrastructures d’eau des municipalités.

«En 2022, nous ne pouvons plus gérer l’eau comme une ressource infinie et gratuite, explique la responsable de l’eau au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal, Maja Vodanovic. L’eau est précieuse, c’est une ressource naturelle publique et elle doit le rester.»

Par l’entremise de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), les dix plus grandes villes du Québec avaient proposé au cours du mois de septembre au gouvernement québécois d’adopter un «Pacte vert» afin qu’il finance à la hauteur de 2 milliards de dollars par année pour les cinq prochaines années l’adaptation de leurs infrastructures aux changements climatiques.

La Ville demande à ce que les nouveaux revenus engendrés par la hausse des redevances soient versés au Fonds de protection de l’environnement et du domaine hydrique de l’État et à d’autres programmes consacrés aux infrastructures de l’eau des municipalités.

«Les besoins sont si grands qu’il faut trouver d’autres sources de financement, et celle-ci en est une», continue Mme Vodanovic.

Pérennité

Selon le professeur de l’UQAM et membre de la chaire de recherche en hydrologie urbaine Geotop Florent Barbecot, fixer un prix à l’eau est la première étape au développement d’outils permettant d’assurer la pérennité des ressources.

«Malgré notre vision d’extrême abondance en eau, on se rend compte qu’on arrive à épuiser la ressource», explique-t-il.

La Ville de Sutton a notamment dû geler ses nouvelles constructions en raison d’un manque d’eau potable et celle de Vaudreuil-Dorion a adopté au printemps une nouvelle réglementation visant à décourager son gaspillage.

«La préservation à long terme de l’eau a des contraintes qui demandent des efforts aux villes, continue M. Barbecot. Cette responsabilité, il faut qu’on puisse la financer. Si on ne met pas de valeur à l’eau, on ne pourra jamais le faire.»

La demande de la Ville de Montréal survient à la suite d’une résolution similaire envoyée au gouvernement du Québec par la MRC de Vaudreuil-Soulanges, qui regroupe 23 municipalités situées à l’ouest de Montréal. Les deux instances ont du même coup lancé un appel aux autres municipalités afin qu’elles joignent leurs voix à la leur.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.