Soutenez

L’avenir du seul journal francophone de McGill remis en question

Photo: iStock

L’avenir du Délit, le seul journal indépendant francophone de l’Université McGill, sera remis en question au cours des prochains jours. Du 14 au 18 novembre, les étudiants devront décider, lors d’un référendum, s’ils souhaitent continuer à contribuer financièrement à la distribution du journal. Dans le cas contraire, ce dernier devra fermer après 45 ans d’activité.

Les étudiants au baccalauréat membres de l’Association étudiante de l’Université McGill sont appelés à se prononcer quant à la cotisation individuelle de 6 $ qu’ils versent par session pour le financement de l’organisme étudiant indépendant à but non lucratif, la Société des publications du Daily (SPD), qui publie le journal anglophone McGill Daily et son homologue francophone, Le Délit. Près de 80% des budgets de la SPD proviennent des cotisations étudiantes.

«Pour Le Délit, ce serait un arrêt des opérations tout simplement. On devra cesser de publier et d’engager des étudiants au conseil éditorial, car la majorité de nos financements vient des frais étudiants, explique la rédactrice en chef du Délit, Gabrielle Genest. Le journalisme étudiant n’est plus celui qu’il était avant, où le revenu publicitaire parvenait à subvenir à la majorité de nos besoins.»

Pas de campagne du «non» cette fois-ci

Il ne s’agit pas du premier référendum sur le sort du Délit. Tous les cinq ans, les membres de l’association étudiante sont invités à se prononcer sur le sujet. En 2017, le référendum avait fait trembler le Délit, alors qu’une campagne du «non» avait eu lieu pour que cesse sa publication. Cette année, aucune campagne de ce genre n’a eu lieu.

«Moi, mon souci principal, c’est que le vote sorte, que les gens prennent la peine de prendre 30 secondes pour aller voter, dit Gabrielle Genest. Historiquement, malheureusement, les taux de participation aux différents référendums menés par l’Association étudiante de l’Université McGill sont très bas.»

Il faut convaincre les étudiants de voter «oui» plutôt que «non» par apathie ou par indifférence notamment au fait français à McGill, car Le Délit est le seul journal francophone de l’Université McGill.

Gabrielle Genest, rédactrice en chef du Délit

Les étudiants aux cycles supérieurs, moins nombreux, pourront quant à eux se prononcer à l’hiver.

Chaque semaine, une sélection des nouvelles de votre arrondissement.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.