Soutenez

Le maire de Beaconsfield furieux contre la Ville de Montréal

Le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle
Le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle Photo: Gracieuseté

«Scandaleux, injustifiable, inacceptable, antidémocratique!» Le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle, est furieux du budget 2023 déposé par l’administration de Valérie Plante, qui impose une hausse de 11,9% de la contribution de sa ville à l’agglomération.

Selon le maire de Beaconsfield, de 2020 à 2025, pour l’ensemble des 15 villes liées de l’agglomération de Montréal, l’impact financier totalisera 122 M$, au détriment de leurs 250 000 citoyens.

Alors que l’inflation oscille autour de 7% au Canada, Montréal infligera aux contribuables de Beaconsfield une augmentation de 11,9%, soit presque le double de l’inflation. Pour l’ensemble des 15 villes, l’impact est de 8%.

Montréal limite encore sa contribution à 2,7%, mais nous impose, à Beaconsfield, une hausse de 11,9%. Montréal nous surtaxe maintenant de 4 M$ par an et c’est inacceptable.

Georges Bourelle, maire de Beaconsfield

Bourelle se dit frustré et choqué

Le maire de Beaconsfield ne dérougit pas de colère. En entrevue téléphonique avec Métro, quelques heures après sa conférence de presse, il mentionne que «le manège de fourberie de Montréal a débuté après le consensus temporaire de 2017 pour trois ans sur les finances de l’Agglomération. Depuis, Montréal s’oppose au respect de l’entente originelle de 2008. Il y a de quoi se sentir frustré et choqué.»

La pénalité de surtaxation est bien réelle pour les citoyens et citoyennes des villes liées. Ces derniers paient déjà plus de 60% de plus que les contribuables de Montréal pour les services de l’Agglomération même s’ils les utilisent moins, comme la police, les pompiers, le transport collectif et le traitement de l’eau.

À Beaconsfield, le propriétaire d’une résidence de valeur moyenne assumera une hausse de 484 $ par année, soit l’équivalent de près de 1500 $ pour les trois prochaines années. «Et cela, c’est juste pour les services de l’Agglomération. Cela ne comprend pas la taxe foncière locale», précise le maire.

Pour Beaconsfield, l’injustice des manœuvres de l’administration de Montréal se calcule à coup de 2 M$ chaque année depuis trois ans. Le nouveau budget 2023 augmentera le trop-perçu en taxes à plus de 4 M$ par année pour les trois prochaines années. En 2025, la facture de taxes payées en trop par Beaconsfield à Montréal totalisera 19 M$.

Georges Bourelle, maire de Beaconsfield

Démarche juridique à 10 M$

Le maire Bourelle compte toujours sur la contestation juridique entreprise par Beaconsfield en 2020, à la première année de cette surtaxe, pour obtenir justice pour ses citoyens. La poursuite contre la Ville de Montréal s’élève maintenant à plus de 6 M$, plus les intérêts.

«Nous allons faire amender la procédure une nouvelle fois pour y ajouter cette nouvelle surtaxe de 2 M$, qui devient en réalité une surtaxe de plus de 4 M$ en 2023 pour nos citoyennes et citoyens. Notre poursuite atteindra alors près de 10 M$», dénonce-t-il.

La Ville de Beaconsfield avait entrepris cette démarche pour que soit respectée l’entente multipartite signée en 2008 et entérinée par le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal ainsi que les 15 villes reconstituées. Cette entente assure un partage équitable du coût des services régionaux par les villes de l’île de Montréal.

«Ce n’est plus le cas. C’est antidémocratique, injuste et pénalisant pour nos citoyennes et citoyens», conclut le maire Bourelle.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.