Montréal

Griffintown: ce qui restera et ce qui disparaîtra

Le paysage ouvrier du quartier Griffintown subira d’importants changements si le projet Devimco va de l’avant tel que proposé. Plusieurs bâtiments seront ainsi détruits pour céder la place à d’imposantes tours d’habitation et de bureaux.

La Ville de Montréal a toutefois demandé que le promoteur conserve 20 bâtiments qui possèdent une valeur patrimoniale. Certains de ces immeubles seront restaurés et intégrés au nouveau paysage alors que d’autres seront déplacés. Selon la mairesse du Sud-Ouest, Jacqueline Montpetit, et le directeur des programmes d’Héritage Montréal, Dinu Bumbaru, ces 20 bâtiments sont l’essentiel de ce qui a de la valeur. "Mais le patrimoine de ce quartier ne se résume pas à ça", nuance M. Bumbaru.

Malgré tout, la majorité des bâtiments construits sur le territoire de 1,1 million de pieds carrés pressenti par Devimco pour son projet de revitalisation de Griffintown disparaîtront. L’écurie Horse Palace, qui existe depuis 150 ans, devra se trouver un nouveau toit. Le tunnel Wellington, autrefois utilisé par les tramways et les voitures avant que le pont Wellington ne soit construit, devrait aussi être sacrifié.

Rue Peel

La rue Peel devra subir d’importantes transformations, selon ce que propose le promoteur Devimco. Deux voies de tramway devraient côtoyer les deux autres réservées aux automobiles. "La Ville a demandé à ce que les bâtiments de chaque côté de la rue restent en place, mais elle travaille aussi à élargir la rue pour faire passer le tramway. Je ne sais pas qui espère avoir un peu de logique là-dedans!" s’exclame Dinu Bumbaru, directeur des programmes d’Héritage Montréal. De chaque côté de la rue, des tours de 60 m de hauteur seront construites. "En élargissant autant la rue et en ayant de telles hauteurs de chaque côté, on se retrouverait avec un caractère rappelant René-Lévesque", souligne M. Bumbaru.

Tour Wellington

Servant autrefois à coordonner le trafic maritime avec celui des voies ferrées, la tour Wellington est abandonnée depuis de nombreuses années. Le bâtiment devrait être rénové et servir de halte cycliste dans le nouveau Griffintown. "Autour, des tours d’une quarantaine de mètres devraient être construites, précise Dinu Bumbaru. À Héritage Montréal, on a manifesté des préoccupations. On veut éviter que ça ne devienne un quartier monochrome. Ici, ça a beau être tout croche, ce qui est intéressant, c’est que c’est diversifié. Si tu mets le même architecte et le même look partout, on va avoir l’air d’être en Allemagne de l’Est." Un tunnel devrait être creusé sous la voie ferrée à cet endroit afin de permettre aux cyclistes de rejoindre facilement la piste cyclable qui longe le canal Lachine. 

Square Gallery

Cet intrigant bâtiment qui abrite présentement une compagnie d’imprimantes et de cartouches laser sera déménagé de son emplacement actuel, aux abords de la rue Wellington, jusqu’au parc Sainte-Anne, de l’autre côté de la rue. "C’est bien de conserver des bâtiments, mais, ce qu’il faut comprendre, c’est que les bâtiments n’existent pas dans l’air, nuance Jean-Claude Marsan. Ils existent lorsqu’ils sont ancrés dans les rues et la trame urbaine. Si cela n’existe pas, ils n’ont plus aucun sens." Le bâtiment, une fois déménagé, accueillerait une exposition sur l’histoire des Irlandais à Montréal.

New City Gas

Le bâtiment, qui abritait autrefois la New City Gas Company, qui a éclairé Montréal au XIXe siècle, constitue un bel héritage du passé industriel de Griffintown. L’édifice sera conservé et deviendra, dans le projet de Devimco, un marché. L’édifice fera partie d’un petit centre commercial qui comprendra une cour intérieure aménagée en lieu et place de la rue Ann. La disparition de nombreuses rues du quartier n’a rien pour plaire à Jean-Claude Marsan. "Les bons projets partent de l’histoire, ils partent des lieux sur lesquels l’histoire est imprimée, précise-t-il. Il est important de comprendre leur évolution. C’est comme ça qu’on développe un concept qui a du caractère. Si on prend un concept anonyme, il ne faut pas s’imaginer que la ville aura du caractère."

D’autres éléments patrimoniaux survivront à cette transformation :

– Une rangée de maisons ouvrières, située sur la rue de la Montagne, en face du parc Sainte-Anne, restera en place.

– Une petite maison ouvrière, construite dans les années 1850, également située sur la rue de la Montagne, sera conservée.

– Les vestiges de l’église Sainte-Anne, démolie dans les années 1960, resteront en place et seront intégrés au nouvel aménagement du parc Sainte-Anne, où sera déménagé le Square Gallery.  

Articles récents du même sujet