Montréal

Six options autres que le parc René-Masson existent pour la maison de la culture, dit le CRE

La saga de la future maison de la culture de l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles continue.

Hier, le Conseil régional de l’environnement (CRE) a publié un document indiquant qu’il existe au moins six autres sites que celui du parc René-Masson.

Selon les règles du ministère de l’Environnement, l’arrondissement aurait dû, pour justifier le choix de ce parc, fournir une étude de localisation qui démontrerait qu’aucun autre site n’est disponible selon les critères choisis (coût, transport…). Comme l’étude n’a jamais été réalisée ou publiée, le CRE avait donc décidé de la réaliser lui-même.

Dans son rapport dévoilé hier, le CRE note que «l’arrondissement possède 178 hectares vacants […] Avec tant d’espaces disponibles, il est difficile d’imaginer que la construction dans le milieu humide et le Parc René-Masson constitue la seule possibilité».

L’organisme a donc proposé une liste de six sites qui a été envoyée au maire Cosmo Maciocia. Ce dernier a répondu en indiquant que le parc René-Masson restait le meilleur site. «C’est un incontournable pour des raisons environnementales, éducatives, culturelles, sportives et urbanistiques», indique Jean-François Circé, chargé de communication à l’arrondissement.

Selon lui, les terrains retenus par le CRE ne conviennent pas. «Deux sont situés à Pointe-aux-Trembles, deux autres à proximité de secteurs industriels lourds et les deux derniers sont des terrains résidentiels en voie de développement.»

Actuellement, le projet est bloqué au ministère de l’Environnement qui rechigne dans l’attente du certificat d’autorisation.

Articles récents du même sujet