Montréal

Les élèves de l'école de Mohamed Kohail interpellent Ottawa

Des étudiants et des employés du Centre d’éducation des adultes de la place Cartier, à Beaconsfield, doivent rencontrer aujourd’hui, à Ottawa, le député libéral fédéral de Pierrefonds-Dollard, Bernard Patry. Ils en profiteront pour lui remettre une pétition demandant au gouvernement d’agir afin d’assurer la libération de leur ancien collègue, Mohamed Kohail, condamné à mort en Arabie saoudite.

«La pétition a circulé pendant plusieurs semaines à l’école, a expliqué à Métro le conseiller en orientation Barry Gaiptman, responsable de ce mouvement de soutien. Nous espérons que Bernard Patry pourra lire notre pétition en chambre et que cela mettra un peu de pression sur les élus pour qu’ils agissent.»

M. Gaiptman travaille d’arrache-pied afin de s’assurer que l’histoire de Mohamed Kohail, qui a étudié au Centre de la place Cartier pendant l’année scolaire 2003-2004, ne sombre pas dans l’oubli. En plus d’avoir fait circuler une pétition, il a rassemblé et exposé, dans le hall du Centre, des articles et des photos de Mohamed et a organisé hier une assemblée générale pour expliquer la situation.

«Au départ, les étudiants ne comprenaient pas pourquoi l’histoire de Mohamed les concernait, a admis M. Gaiptman. Nous leur avons fait comprendre que ça pourrait leur arriver. Ils ont fini par être touchés par son histoire.»

La mobilisation au Centre d’éducation des adultes de la place Cartier devrait se poursuivre même après la rencontre avec le député Patry. «Les juges en sont encore à délibérer, a expliqué Barry Gaiptman. D’ici là, on fera notre possible pour que les Canadiens ne l’oublient pas.»

Articles récents du même sujet