Montréal

Une manifestation tourne à l'émeute à Montréal-Nord

Des manifestants ont fait du grabuge et affronté les policiers la nuit dernière à Montréal, dans le secteur de Montréal-Nord. L’émeute a éclaté à la suite d’une manifestation organisée pour protester contre la mort d’un jeune homme de 18 ans, samedi soir, par un policier du Service de police de Montréal (SPVM).

Au plus fort de l’émeute, quelques centaines de personnes étaient rassemblées en différents groupes dans les rues. L’escouade anti-émeute du SPVM et les véhicules d’urgence ont été envoyés sur les lieux en grand nombre. Deux policiers ont été blessés, dont une policière qui aurait été atteinte par une balle à la jambe.

Plusieurs véhicules ont été incendiés, des feux ont été allumés dans les rues. Peu avant 22 h, une caserne de pompiers qui avait dû être abandonnée a été vandalisée alors que cinq véhicules flambaient devant celle-ci. Un incendie s’est également propagé à un immeuble abritant des commerces au rez-de-chaussée et des logements à l’étage.

Par ailleurs, il semble qu’un caméraman de TVA a reçu un coup au visage et un technicien ambulancier aurait été blessé. Un photographe de La Presse a aussi été la cible d’une agression. Les images de TVA ont montré un groupe d’individus s’en prenant à un autobus de la Société de transport de Montréal. Le conducteur a été forcé d’appuyer sur l’accélérateur et d’éviter un feu sur sa route pour échapper aux vandales. De nombreux commerces ont également été saccagés.

Le travail des pompiers a été rendu plus complexe par des agressions ou des menaces d’agressions qui pesaient sur eux.

La protestation a eu lieu principalement dans le secteur du boulevard Rolland, à la hauteur des rues Pascal et Arthur-Chevrier. Les boulevards Lacordaire et Langelier ont aussi été le lieu de manifestations de violence.

Une réunion d’urgence a eu lieu dans la nuit, réunion à laquelle le maire de l’arrondissement de Montréal-Nord, Marcel Parent, et le responsable de la Sécurité publique au comité exécutif de la Ville de Montréal, Claude Dauphin, ont participé. Les autorités devraient présenter le bilan de la nuit dans la journée.

Le feu aux poudres
La protestation pacifique qui avait été initiée en fin d’après-midi faisait suite à une patrouille policière dans un parc de Montréal-Nord qui a mal tourné, samedi soir, alors qu’un agent a ouvert le feu sur trois jeunes, tuant l’un d’eux. La victime a succombé à ses blessures au cours de la nuit de dimanche.

Le jeune homme serait Freddy Alberto Villanueva, a confié sa soeur Julissa à La Presse Canadienne. Son frère, qui envisageait étudier pour être mécanicien, n’a jamais eu de problème avec la police, à sa connaissance.

Selon les informations données samedi soir par la police de Montréal, les agents auraient été encerclés par une vingtaine de personnes dans le parc et certaines d’entres elles se seraient ruées sur l’un des policiers. C’est à ce moment que le policier aurait utilisé son arme dans le but de protéger son collègue.

L’enquête a été confiée à la Sûreté du Québec. Elle devra déterminer si certains individus étaient armés.

En après-midi, dimanche, le porte-parole de la Sûreté du Québec, Gregory Gomez del Prado, a affirmé que les deux blessés, âgés de 18 à 20 ans, se trouvaient toujours à l’hôpital, mais que leur vie n’était pas en danger.

L’identité de la victime n’a pas encore été divulguée.

Avec La Presse canadienne