Montréal

Le NPD propose 591 M$ pour le transport en commun à Montréal

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) veut piger dans les poches des grands pollueurs pour financer le transport en commun des grandes villes.

«On vit une crise des changements climatiques, a lancé le chef néo-démocrate Jack Layton, en conférence de presse aujourd’hui devant la station de métro Place-d’Armes. Les conseillers municipaux cherchent des solutions, mais ils n’ont pas assez d’argent.»

En réservant une partie des revenus générés par un éventuel marché du carbone et en allouant un cent par litre de la taxe sur l’essence, le NPD investirait 591 M$ pour le transport collectif montréalais sur quatre ans.

«Plutôt que d’augmenter les coûts, on propose d’investir dans le transport en commun», a indiqué M. Layton. Ce dernier veut ainsi se distinguer des libéraux et de leur plan vert qui, selon le NPD, ferait grimper les coûts du transport en commun.

Ottawa doit faire bouger les choses

Selon les néo-démocrates, Ottawa doit donner un coup de pouce. «Il faut que le fédéral donne la consigne et trouve les fonds pour inciter les municipalités à faire ce qu’elles veulent bien faire pour le transport en commun», a souligné la candidate à l’élection partielle dans Westmount-Ville-Marie, Anne Lagacé Dawson. La candidate avoue avoir choisi le NPD, entre autres, pour ses positions en matière de transport.

«Les gens veulent aider et savent que le transport en commun est une solution [aux changements climatiques], mais quand ils cherchent un autobus, il n’est pas toujours là», a avoué M. Layton.

Articles récents du même sujet