Soutenez

Québec solidaire demande un moratoire pour le site d'enfouissement de Lachenaie

Québec solidaire s’inquiète de la santé des riverains du dépotoir de Lachenaie et demande un moratoire de deux ans concernant tout agrandissement.

«Ça laissera un délai raisonnable à Montréal pour avancer dans ses programmes de réduction des déchets à la source», a déclaré, hier Amir Khadir, porte-parole de Québec solidaire.

Actuellement, 48 % des déchets de Montréal sont enfouis à Lachenaie cela représente 40 000 voyages de camions par an aux abords du site. La décharge de Lachenaie est pleine et a soumis au ministère de l’Environnement un vaste plan d’agrandissement.

Car la situation n’est pas prête de changer. Le Grand-Montréal ne récupérera que 15 % de ses déchets de table à la fin de l’année alors que l’objectif fixé par Québec est de 60 %.

Dans son Plan de gestion des matières résiduelles présenté cette année, la Ville indique qu’elle n’atteindra l’objectif qu’en 2018. Ce que déplore Amir Khadir. «Québec a un plan national, mais il n’y a pas de budget dédié pour les municipalités et surtout pas de contraintes pour qu’elles atteignent les objectifs», ajoute-t-il.

Le Dr Amir Khadir est lui-même microbiologiste et infectiologiste à l’hôpital de Lachenaie. «Dans la région, le taux de morbidité est de 25 % supérieur à la moyenne québécoise. Même si on ne peut pas prouver hors de tout doute que c’est dû au dépotoir, il faudrait au moins appliquer le principe de prudence», conclut-il.

Le ministère de l’Environnement ne s’est pas encore prononcé à la suite du rapport du BAPE qui rejette le plan d’agrandissement, mais approuve la poursuite des activités jusqu’en 2012.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.