Montréal

La vente de la carte magnétique à 6 titres suspendue

La Société de transport de Montréal (STM) a pris la décision de suspendre, pour l’été, l’implantation de la carte magnétique de six titres, qui remplacera à terme les lisières de billets.

Amorcée en avril, l’implantation de la carte magnétique devait atteindre sa vitesse de croisière au mois de juin avec son arrivée dans les stations du centre-ville et se terminer au mois de septembre.

«Nous avons suspendu l’implantation de la carte magnétique de six titres jusqu’au 2 septembre en raison de tous les grands événements qui ont lieu dans la ville, a expliqué à Métro Marianne Rouette, porte-parole de la STM. Nous avons pris cette décision pour faciliter les choses pour tout le monde, tant le personnel de la STM que les touristes ou les clients occasionnels, qui se retrouvent en grand nombre dans le métro l’été et pour qui l’utilisation de billets est plus simple.»

La décision de suspendre la transition vers la carte magnétique fait suite à quelques difficultés notées par le personnel de la STM.

«L’utilisation de la carte magné­tique cause le plus de difficulté, a admis Mme Rouette. Certaines personnes, particulièrement les clients occasionnels, oublient de reprendre leur carte après leur passage. Mais cette carte doit être conservée, car elle sert de correspondance et de preuve de paiement.»

La carte à puce gagne du terrain

L’implantation de la carte à puce, nommée Opus, bat son plein tant à Montréal, qu’à Laval ou sur la Rive-Sud.

Alors qu’à la Société de transport de Laval (STL) et au Réseau de transport de Longueuil (RTL) la transition devrait être complétée en novembre, à Montréal, une importante opération de déploiement s’est terminée jeudi et a permis à la STM d’ajouter 3 000 nouveaux détenteurs de la carte Opus aux 6 000 existants.

«Les gens veulent et demandent la carte à puce, a noté Marianne Rouette. Il y a vraiment un engouement.»

À titre d’exemple, entre le 28 avril, date à laquelle la carte à puce a été offerte pour la première fois, et le 29 juin, 2 500 cartes avaient trouvé preneur. Puis, dans la seule journée du 1er juillet, 2 099 cartes Opus ont été vendues.

D’ici la fin du mois de juillet, 14 000 cartes à puce devraient être en circulation à Montréal. Puis, à la rentrée, 175 000 étudiants seront munis de la carte. L’implantation de la carte Opus doit officiellement prendre fin le 30 juin 2009 à Montréal.

Pas de problèmes majeurs

L’arrivée de la carte Opus n’a pas entraîné de raté important dans les systèmes de transport de la région.

«Nous n’avons pas eu de problèmes majeurs depuis l’implantation de la carte à puce, a indiqué Marie-Céline Bourgault, porte-parole de la STL. Nous n’avons pas eu de plaintes, tout a fonctionné dans les autobus et les usagers ont bien compris le fonctionnement.»

Articles récents du même sujet