Montréal
15:39 20 septembre 2013 | mise à jour le: 20 septembre 2013 à 15:40 temps de lecture: 4 minutes

Reconnecter Montréal avec le cosmos

Reconnecter Montréal avec le cosmos
Photo: Photcal.com

Alors que la vie moderne nous dissocie de la nature, nous risquons de per­dre le contact avec un aspect important de l’esprit humain: le sentiment de faire partie intégrante de l’Univers. Des générations entières vivent maintenant sans n’avoir jamais connu l’émerveillement que procure le ciel étoilé. Le projet Mundus tente de rétablir notre connexion avec le cosmos.

Mundus consiste en sept repères astronomiques, qui permettent aux observateurs de retrouver certains objets astronomiques en alignant des éléments architecturaux avec le ciel étoilé. Ils sont répartis sur quatre sites: deux sites se trouvent au cœur du centre-ville de Montréal, et les deux autres dans le Vieux-Montréal.

Fruit de cinq ans de travail, Mundus est un projet complexe. Son aboutissement aura requis la contribution d’experts en astronomie, d’artistes, d’architectes, d’ingénieurs, d’artisans talentueux et d’ouvriers de la construction.

Il y a un siècle, le ciel de Montréal était rempli de centaines d’étoiles. Les gens de l’époque n’avaient qu’à lever la tête pour apercevoir l’arche lumineuse de la Voie lactée. Aujourd’hui, ironiquement, il semble que plus on en apprend sur le cosmos, moins il nous est accessible depuis la Terre. Ceci est d’autant plus vrai que la majorité de la population de la planète vit maintenant dans de grandes agglomérations urbaines. On doit maintenant faire plusieurs heures de route de Montréal pour apprécier pleinement la voûte étoilée – et cette distance grandit à mesure que sa population croît.

Ce projet est d’autant plus important qu’entre les gratte-ciels scintillants et la pollution lumineuse toujours plus envahissante, moins d’une trentaine d’étoiles sont encore visibles au-dessus de la ville. La Voie lactée, elle, a complètement disparu.

Découvrir le ciel grâce aux quatre sites Mundus de Montréal

  • Lever de Soleil aux équinoxes

Profitez de l’équinoxe d’automne, qui arrivera dimanche, pour vous rendre au premier site sur la rue de la Commune (en face du Marché Bonsecours) pour observer le lever de Soleil aux équinoxes. Un monolithe de granit intégré au trottoir bordant le Vieux-Port, indique le point où se lève le Soleil aux équinoxes de printemps et d’automne. Ces jours-là, on peut voir le Soleil se lever entre les pylônes du pont de la Concorde.

  • L’étoile Polaire

Rendez-vous avec l’étoile Polaire! Dans le Vieux-Montréal, en face de la basilique Notre-Dame, une carte du ciel est projetée sur le pavage de la place d’Armes. Cette carte identifie le premier gratte-ciel de Montréal, un édifice de grès rouge, au-dessus duquel pivote l’étoile Polaire. Cette projection lumineuse a été conçue en 2011 pour remplacer la plaque originale retirée lors du réaménagement de la place d’Armes.

  • Constellation du Cygne et la Voie lactée

Situé au 1981, avenue McGill College (tour Banque Laurentienne/BNP Paribas). Un bloc de granit noir de trois tonnes, inséré dans le dallage de l’esplanade devant l’entrée principale, indique la position de la constellation du Cygne et de la Voie lactée par rapport au profil de l’édifice.

  • Les saisons

Il faut passer par le 600, boulevard de Maisonneuve Ouest (cour intérieure derrière la cathédrale Christ Church) pour apprécier les saisons! Quatre pan­­neaux en inox, montés sur les colonnes à l’en­trée de la cour intérieure, du côté de la rue Union, indiquent la position du Triangle d’été, de Pégase et Andromède (automne), d’Orion (hiver) et du Lion (printemps). En prenant position sur les repères au sol, on retrouve les constellations en question grâce aux flèches de la cathédrale.