Montréal

Médecins du monde aura sa clinique mobile à Montréal

Médecins du monde aura sa clinique mobile à Montréal
Photo: Marie-Eve Shaffer/Métro

À partir de lundi, une clinique mobile de Médecins du monde sillonnera les rues de Montréal.

Une équipe comprenant notamment un médecin et une infirmière y seront à bord pour soigner les personnes vulnérables, tel que les travailleuses du sexe, les itinérants, les toxicomanes et les membres des Premières nations.

«Si les personnes malades ne peuvent pas venir aux soins, il faut que ce soit nous qui allions les rencontrer», a déclaré vendredi le président de Médecins du monde Canada, Dr Nicolas Bergeron, lors du dévoilement de la clinique mobile.

clinique mobile Médecins du mondeLe camion dans lequel médecins et infirmières prendront place a été complètement réaménagé. À l’arrière, il y a une salle d’examen où des soins médicaux pourront y être prodigués. Il y a également un espace avec une banquette où les patients pourront être accueillis.

La clinique mobile se déplacera principalement dans le centre-ville de Montréal, mais elle ira aussi faire un tour dans les arrondissements se trouvant au centre de l’île. Elle sera en fonction tous les jours, de midi à minuit.

Le projet a coûté près de 100 000$. Des organisations privées, caritatives, économiques et communautaires ont contribué financièrement à sa réalisation.

Pour le directeur général de la Société de développement social de Ville-Marie, Damien Silès, cette clinique mobile sera complémentaire au pôle de service en itinérance. «C’est un travail d’un commun accord», a-t-il dit. Mis sur pied il y a un an et demi, le pôle de service en itinérance a pour but de regrouper sous un même toit tous les services destinés aux personnes itinérantes au centre-ville. Il se trouve à la Mission St-Michael qui se trouve à deux pas de la station de métro Place-des-Arts.

«C’est une bonne nouvelle triste, a lancé de son côté le maire de Montréal, Denis Coderre. Il y a un paradoxe: c’est Médecins du monde qui vient aider nos itinérants au centre-ville. Mais on n’a pas le temps d’attendre.»

Le maire Coderre a rappelé qu’un recensement des personnes itinérantes sera réalisé cet automne à Montréal. Comme il l’avait annoncé en campagne électorale, il souhaite toujours mettre sur pied une agence sociale qui coordonnerait tous les services dédiés aux personnes itinérantes, touchant notamment l’emploi, le logement et la réinsertion sociale. Des villes comme Toronto, Vancouver et Calgary se sont dotées de structures de coordination en matière d’itinérance, a-t-il souligné.

«Je ne veux pas de dédoublement, a dit le maire de Montréal. Je ne veux pas être à la place des hôpitaux. Je veux des leviers sociaux et économiques au niveau municipal pour que l’on puisse répondre ponctuellement à la demande.»

Avant de créer une agence sociale, le maire Coderre veut d’abord que le statut de métropole de Montréal soit officiellement reconnu par le gouvernement du Québec.