Actulocal ile-des-soeurs
16:20 3 mars 2015 | mise à jour le: 3 mars 2015 à 17:23

Les tuyaux à Verdun résistent au gel

Les tuyaux à Verdun résistent au gel
Photo: Archives TC Media

Malgré tous les bris d’aqueduc que le froid a causés récemment à Montréal, l’arrondissement de Verdun a été plus ou moins épargné. Une peu plus de 1750 appels ont été reçus au mois de février uniquement à Montréal concernant les ravages causés par le froid sur la tuyauterie, selon la Ville-centre. À Verdun, on ne compte qu’une trentaine d’appels.

Selon les chiffres communiqués par l’arrondissement, moins de 2% des appels logés au 311 à Montréal pour des tuyeaux gelés venaient de Verdun.

Selon le maire de l’arrondissement, Jean-François Parenteau, il y a trois facteurs principaux qui font que Verdun se compare avantageusement à Montréal. Tout d’abord, le sol de Verdun étant plus argileux, il est moins porté à geler. «Plus il fait froid longtemps, plus le gel descend dans la terre, commente-t-il. C’est le premier facteur soit la composition du sol, qui explique les différences entre des arrondissements.»

Plus de locataires, moins de gels
Les propriétés multifamiliales, dites «plex», assurent un mouvement d’eau dans les tuyaux plus continu qu’une maison unifamiliale.

«Si tu as une unifamiliale, tu pars travailler le matin, tu reviens le soir, ça se peut que ça soit gelé. À Verdun, on compte beaucoup de «plex»: l’entrée d’eau fournit différents locataires, donc les tuyaux d’eau ont moins de chance de geler.»

Enfin, les conduites principales d’eau à Verdun sont plus creuses. Les immeubles ont souvent des sous-sols assez creux, donc moins propices au gel que les bâtiments qui n’ont qu’une cave de service.

Nouvelle initiative
La Ville de Montréal annonce qu’elle a reçu 10 fois plus d’appels pour des gels et bris de tuyaux que l’an dernier. Bien que l’arrondissement de Verdun s’en tire mieux qu’ailleurs, impossible de savoir si cet hiver détonne des années précédentes, puisque les données n’ont pas été comptabilisées dans les années passées.

«Sur l’ensemble du territoire de Montréal, l’approche n’était pas la même. Les gens ne composaient pas le 3-1-1 pour ce problème. On vient tout juste de commencer à comptabiliser [les appels des citoyens qui ont un tuyau gelé].»

M. Parenteau assure que l’an prochain, on pourra commencer à faire des comparaisons, le système ayant changé afin d’être harmonisé sur l’ensemble du territoire montréalais.