Montréal
06:00 19 mai 2015 | mise à jour le: 19 mai 2015 à 06:01 Temps de lecture: 2 minutes

Consultation sur l’avenir du Quartier des gares

Consultation sur l’avenir du Quartier des gares
Photo: Ville de Montréal

Le Programme particulier d’urbanisme (PPU) que propose la Ville pour réaménager le Quartier des gares, au sud du centre-ville, sera soumis à partir de mardi soir à une consultation publique.

Une séance d’information sur le PPU aura lieu mardi soir à 19h dans le sous-sol de la basilique Marie-Reine-du-Monde, sur le boulevard René-Lévesque. Les citoyens intéressés pourront ensuite s’inscrire pour donner leurs commentaires au cours des consultations qui se tiendront à partir du 15 juin.

Le Quartier des gares est situé entre le centre-ville et le quartier Griffintown, et va de la rue Guy au boulevard Robert-Bourassa (anciennement University), et du boulevard René-Lévesque à la rue Notre-Dame.

Le PPU propose entre autres de créer un nouveau parc, baptisé parc Ville-Marie. Ce nouveau parc, d’une superficie de 2,3 hectares, décrirait une diagonale partant de l’intersection des rues Guy et Saint-Antoine et aboutissant aux rues Saint-Jacques et Jean-D’Estrées.

La construction d’un nouvel édicule de la station de métro Lucien-L’Allier sur la rue Saint-Antoine est aussi proposé. Dans le PPU, on ajoute que l’accès difficile à cette station explique surement en partie pourquoi elle est une des moins achalandées du réseau. Le nouvel édicule donnerait sur le nouveau parc.

Des aménagements pour les rues Peel, Saint-Antoine et Saint-Jacques, ainsi que pour les viaducs Saint-Jacques et Notre-Dame, sont aussi mis de l’avant, entre autres pour permettre une circulation piétonne et cyclable plus invitante. On suggère également de verdir ces artères.

La Ville étudie l’idée de lancer des concours pour revaloriser les viaducs ferroviaires. Pour le viaduc de la Montagne, on propose de construire des marches où on pourrait s’asseoir, ce qui permettrait d’avoir une vue sur le nouveau parc.

Du côté sud de la rue Saint-Antoine, entre les rues Peel et Saint-Félix, la Ville propose de modifier le règlement qui limite la hauteur maximale des bâtiments. À l’heure actuelle, cette limite s’établit à 120m, mais on aimerait la faire passer à près de 210m, comme c’est le cas au nord de Saint-Antoine.

Articles similaires