Montréal
17:08 8 juillet 2015 | mise à jour le: 8 juillet 2015 à 17:37 Temps de lecture: 2 minutes

La tour d’aiguillage Wellington deviendra un incubateur culturel

La tour d’aiguillage Wellington deviendra un incubateur culturel
Photo: André Desroches / TC Media

À l’abandon depuis le début des années 2000, la tour d’aiguillage Wellington située dans Griffintown, connaîtra une seconde vie en devenant un incubateur culturel alliant culture artistique, urbaine et culinaire.

Laboratoire d’innovation, ce sera un espace où se côtoieront designers, citoyens, associations, artistes et institutions. «On trouvera au rez-de-chaussée une galerie d’art ainsi qu’une aire de restauration», a souligné le maire de Montréal, Denis Coderre.

La Ville de Montréal cherchait un partenaire intéressé à occuper, aménager et animer la tour. Elle a présenté, mercredi, le projet développé par Ateliers Créatifs Montréal et le collectif WeArt retenu à l’issue d’un appel d’idées public lancé en 2013.

«Aujourd’hui, la tour est prête à devenir un phare culturel urbain, a affirmé Pauline Butiaux, chargée de développement chez Weart. Elle va devenir un capteur et un diffuseur de nouveaux projets dans et hors ses murs.»

Ouverture en 2017
La Ville investit 4,6 M$ pour ce projet de requalification du bâtiment construit au début des années 1940. L’ouverture est prévue en 2017, à temps pour le 375e anniversaire de Montréal.

Pour Denis Coderre, la transformation de la tour en un espace culturel permettra de donner un nouvel élan à un bâtiment patrimonial. «C’est un clin d’œil au secteur industriel qui est en voie de devenir un secteur névralgique à Montréal», a-t-il déclaré.

Le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest et chef de Coalition Montréal, Benoit Dorais, a salué l’idée retenue «Ça va contribuer à la vocation culturelle que l’arrondissement veut donner à Griffintown, a-t-il expliqué. C’est un projet qui suit le corridor culturel Ottawa, une longue bande où l’on retrouve des ateliers d’artistes et des entreprises culturelles.»

Rappelant que la tour a été cédée gratuitement à la Ville en 2010 par le développeur immobilier Devimco, très actif dans Griffintown, M. Dorais se réjouit que le bâtiment demeure un lieu public.

L’aire de restauration, à l’image d’une trattoria, un café-restaurant traditionnel italien, sera gérée par le chef Stefano Faita. «Il faudra que, nous aussi, nous soyons créatifs dans notre cuisine. On promet de transmettre notre passion», a-t-il lancé.

Jadis l’une des plus importantes tours d’aiguillage ferroviaire en Amérique du Nord, la tour Wellington a cessé d’être utilisée dans les années 1960.

Articles similaires