Montréal
16:30 18 août 2015 | mise à jour le: 18 août 2015 à 16:52 Temps de lecture: 3 minutes

Professeurs de cégep en négociations: Des mesures de perturbation à la rentrée

Professeurs de cégep en négociations: Des mesures de perturbation à la rentrée
Photo: Collabooration spéciale/Syndicat des professeurs du cégep de Saint-Laurent

T-shirts arborant des messages de protestation, piquetage symbolique et distribution de tracts seront au rendez-vous pour la rentrée au cégep de Saint-Laurent le 24 août, avertit le syndicat des professeurs. Les moyens de pression pourraient aussi augmenter d’ici un mois.

Les enseignants désirent ainsi manifester contre le manque de progrès dans les négociations pour renouveler leur convention collective, échue en mars dernier.

Le président du syndicat des professeurs du cégep de Saint-Laurent, Guillaume Couture, affirme que les «mesures de visibilité et de perturbation vont varier d’un collège à l’autre».

«On veut informer la communauté collégiale et, à travers ça, peut-être même la communauté de Saint-Laurent, qu’on est en négociations et qu’on aimerait que ces négociations-là avancent», a-t-il ajouté.

M. Couture soutient que les manifestations vont s’intensifier au cours du prochain mois si les pourparlers piétinent.

«Vers la fin septembre, il y aura des actions qui vont déranger. Ça peut aller du boycott de certains comités à perturber et à déranger certaines réunions. Et puis, les mandats de grève se prennent de plus en plus rapidement dans la fonction publique. C’est fort possible que les cégeps se dotent de mandats de grève dans les prochaines semaines», a-t-il avancé.

L’Alliance des syndicats des professeurs de cégep (ASPPC), qui représente tous les syndicats de professeurs de cégep au Québec, aura le droit de grève légal dès la mi-septembre.

«Si nous en sommes à devoir perturber le cours normal des choses dans nos institutions d’enseignement, c’est que les demandes de recul patronales sont trop importantes. Nous ne pouvons pas accepter de subir des reculs de près de 40 ans dans nos conditions de travail», affirmait Nicole Lefebvre, vice-présidente de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) dans un communiqué publié le 16 août.

Points en litige
Selon le syndicat des professeurs du cégep de Saint-Laurent, les principaux points où les pourparlers achoppent entre l’ASPPC et le Comité patronal de négociation des collèges, qui négocie pour le ministère de l’Éducation, Enseignement supérieur et Recherche, sont le gel proposé des salaires et les propositions en matière de fonds de pension.

Couture affirme que le gouvernement proposerait que la retraite commence à 62 ans au lieu de 60 et que le montant des pensions soit basé sur les huit meilleures années de salaire au lieu de cinq.

Le gouvernement proposerait également d’alourdir la tâche des professeurs en retirant les mesures d’équivalence temps complet, c’est-à-dire une injection de 400 nouveaux professeurs dans le système faite en 2010 pour alléger la tâche des professeurs.

Contacté par TC Media, le ministère de l’Éducation, Enseignement supérieur et Recherche a indiqué, par le truchement d’un responsable des relations de presse, qu’il ne souhaitait pas commenter les négociations en cours.

Articles similaires