Hochelaga-Maisonneuve

Un cratère dans la chaussée depuis deux mois

Photo: Audrey Gauthier/TC Media

Depuis près de deux mois, un trou d’environ deux mètres de large sur un mètre de long bloque la voie à la circulation sur la rue Saint-Germain, à l’angle de la rue De Rouen. L’été qui s’achève, les travaux de réparation se font toujours attendre, au grand dam du voisinage.

L’ouverture béante, d’une profondeur approchant les deux mètres, est apparue en juillet dernier à la suite de l’effondrement d’une partie de la rue Saint-Germain, endommageant du même coup des conduites d’eau et de gaz. Gaz Métro a rapidement colmaté la fuite de gaz, mais doit encore faire les travaux de réparation de ses conduites. Or, depuis plusieurs semaines, le site n’a pas avancé puisque l’entreprise n’a toujours pas reçu le feu vert de la Ville.

«Nous sommes en attente d’une date potentielle de la part de la Ville de Montréal. Elle nous a mentionné que le site n’était pas encore complètement sécuritaire pour effectuer les travaux et qu’elle voulait en profiter pour coordonner ces réparations avec d’autres dans le secteur», explique Marie-Christine Demers, à Gaz Métro.

L’égoût endommagé est relié à un collecteur ce qui complexifie les réparations, informe l’arrondissement. Un appel d’offres sera lancé la semaine prochaine et les travaux devraient commencer au cours du mois d’octobre.

«Dès que nous connaitrons le plus bas soumissionnaire, nous alons organiser une séance extraordinaire pour octroyer le contrat. Je vais la convoquer même un samedi s’il le faut», lance le maire de l’arrondissement, Réal Ménard.

L’élu a bon espoir de voir les travaux terminés à la fin du mois d’octobre ou à la mi-novembre. En attendant le début du chantier, des cônes, clôtures et blocs de béton ont été installés pour sécuriser le périmètre. Les travaux sont estimés à plus de 100 000$.

Circulation
À la suite de l’effondrement, le site a été barricadé, bloquant ainsi l’accès à la rue Saint-Germain, à partir de la rue De Rouen. Pour éviter les longs détours qu’occasionnent l’entrave, certains automobilistes rouleraient même à sens inverse dans les rues parallèles pour aller vers le nord.

«Des gens tournent sur la rue Saint-Germain et reculent sur toute la longueur de la rue pour aller se stationner devant chez eux. On est obligé d’emprunter les ruelles pour atteindre notre domicile», indique Guy Antoine St-Cyr, un résident de la rue Saint-Germain, au nord de la rue De Rouen.

Même les éboueurs sont obligés de passer par la ruelle pour pouvoir aller récolter les déchets des résidents.

«C’est désagréable et irritant pour le moment. Je comprends qu’il y a peut-être des chantiers plus urgents, mais là il y a des gens qui vivent ici», déplore Philippe, le colocataire de M. St-Cyr.

La prolongation des délais ne fait qu’augmenter la grogne chez les résidents.

«Combien de mois encore M. Ménard?», peut-on lire sur une affiche à l’attention du maire de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, fixée sur une des clôtures ceinturant le trou.

«J’ai l’impression d’avoir été oublié», ajoute M. St-Cyr.

«Je suis désolé pour les citoyens. Nous travaillons le plus vite possible, et je suis sûr que ce ne sera qu’un mauvais souvenir dès le mois de novembre», soutient M. Ménard.

Afin de mieux informer les résidents des travaux et échéanciers, des pancartes seront ajoutées à la clôture ceinturant le trou, aujourd’hui.

Articles récents du même sujet