Montréal

Piquetage et chaîne humaine

Photo: Catherine Gaulin/TC Media
TC Media - Catherine Gaulin

Les étudiants du cégep Saint-Laurent se sont butés à des portes closes, lundi matin, lors d’un piquetage hermétique organisé par l’ensemble des employés dans le cadre de la Journée mondiale des enseignants. Ils étaient plus d’une centaine à attendre 8 heures avant de pouvoir entrer pour assister à leurs cours.

Ces moyens de pression avaient pour but de dénoncer les récentes compressions en éducation du gouvernement provincial ainsi que la lenteur des négociations dans le renouvellement de la convention collective des enseignants.

«On assiste à une mobilisation probablement historique. Tous les membres du personnel enseignant, du personnel de soutien ainsi que la direction se sont unis», a déclaré le président du Syndicat des professeurs du cégep de Saint-Laurent (SPCSL), Guillaume Couture.

À quelques pas, au collège Vanier, des dizaines de personnes ont pris part à une chaîne humaine. «Ce que j’apprécie, c’est qu’ils ne nous pénalisent pas en nous empêchant d’aller à nos cours. Leurs moyens de contestation sont pacifiques et je les appuie entièrement dans leurs démarches», a affirmé une étudiante.

Mandat de grève

Rappelons que le 21 septembre, les membres du SPCSL ont adopté à 91,6% un mandat de grève renouvelable d’une durée de 6 jours, qui sera exercé de manière rotative et de concert avec le Front commun. Le Vanier College Teachers’ Association a suivi le mouvement, le 25 septembre, lors d’un vote à 90,5% en faveur de cette grève.

Un réinvestissement dans l’éducation pour le service aux élèves, une augmentation salariale qui suit l’inflation ainsi que la sécurité d’emploi
font partie des principales revendications des enseignants.

Une série d’autres moyens de pression pourrait éventuellement être pris, dont le boycott de certaines tâches administratives.

Articles récents du même sujet