Montréal

La STM ajoute un nouveau bus hybride à sa flotte

Photo: Chantal Lévesque/Métro

La Société de à transport de Montréal (STM) a mis en service mardi un nouveau bus hybride livré, qui a été livré plus tôt cette année. Il roulera sur le circuit 11 Parc-du-Mont-Royal.

«C’est le bus de l’avenir», a lancé mardi le président de la STM, Philippe Schnobb.

Ce bus hybride de nouvelle génération, qui sillonne notamment les villes de Québec et Longueuil, émet jusqu’à 30% de moins de gaz à effet de serre et ce, malgré le fait qu’il soit équipé d’un système de climatisation.

Ce bus fonctionne d’abord à l’électricité et, lorsque cela s’avère nécessaire, il roule grâce au diesel, a expliqué la directrice exécutive bus de la STM, Renée Amilcar. «Dans les bus que nous avions, l’hybridation était plus là pour aider», a-t-elle dit pour illustrer la différence entre les deux générations de bus hybrides.

Puisqu’il circule sur le mont Royal, le premier bus hybride arrivé cette année est identifié avec des pictogrammes évoquant des activités propres à la montagne. La STM et les Amis de la montagne s’étaient d’ailleurs engagés, en 2014, lors de l’événement JevoisMtl, à créer «une desserte plus écologique pour le Parc du Mont Royal». «On a rempli notre mission», s’est exclamée la directrice générale des Amis de la montagne, Sylvie Guilbault.

D’ici la fin de l’année, la STM ajoutera 26 nouveaux bus hybrides à sa flotte qui en comptait seulement huit. Chacun a été acheté au coût de 770 000$.

«Désormais, les bus qu’on va acquérir à la STM sont des bus hybrides», a dit M. Schnobb. Ce dernier a évoqué les tests qui seront réalisés sur trois bus 100% électriques de Nova Bus, sur la ligne 36-Monk, à partir de l’automne prochain. «Ça fait partie de la solution, ça fait partie des initiatives qu’on doit prendre, [mais] il faut encore faire des tests sur les bus électriques, a-t-il mentionné. Il n’y a aucun endroit dans le monde où on roule 100% électrique.»


«Bientôt»

«Le deuxième train [Azur] roulera bientôt», a affirmé lundi le président de la STM, Philippe Schnobb.
– Le 7 février dernier, les premières voitures Azur ont été mises en service afin que des tests puissent être réalisés en présence des usagers du métro. Les tests devaient durer 61 jours et, en cas de bris, ils devaient être repris du début.
– «Il fallait faire [les tests] pour déterminer s’il y avait des corrections à faire, a expliqué M. Schnobb. Les tests ont été faits. Il y a des corrections à faire. Rien de grave. Des petites choses mineures qui font partie du processus d’acception du deuxième train.»
– Le président de la STM a indiqué que le premier train Azur a offert «une performance hors du commun».

Articles récents du même sujet