Lachine & Dorval

Meurtre d’un chauffeur de taxi: le jury délibère

Photo: Collaboration spéciale

Le sort de Michel Duchaussoy est maintenant entre les mains des six hommes et six femmes qui délibèrent principalement sur le degré de responsabilité de l’homme accusé du meurtre du chauffeur de taxi Ziad Bouziz en 2013.

Séquestré à la suite des consignes données par la juge Hélène Di Salvo mardi, le jury doit décider si l’événement dans lequel le chauffeur de taxi a perdu la vie est un meurtre au premier degré, un meurtre au deuxième degré ou un homicide involontaire.

Lors des plaidoiries, la représentante de la Couronne, Me Geneviève Dagenais a tenté d’appuyer la théorie du meurtre prémédité, c’est-à-dire au premier degré.

Elle a rappelé la montée d’agressivité de Duchaussoy, 46 ans, dans les jours précédents le 20 novembre 2013, date du tragique événement.

L’avocate a également soutenu que lorsqu’on tire un coup de calibre .12 au visage de quelqu’un, c’est ni plus ni moins pour le tuer.

Le fait que M.Duchaussoy ait rechargé l’arme après les faits et qu’il l’a caché sur un toit au lieu de s’en débarrasser fait aussi partie de sa logique soutenant la préméditation: «Recharger après avoir tué, c’est sûrement pas pour se faire des amis» a-t-elle mentionné.

De leur côté, les deux avocats de l’aide juridique qui représentent l’accusé, Me Elfriede Duclervil et Me Hussein Hassan, ont argumenté que leur client n’avait pas planifié de tuer le chauffeur de taxi ce soir-là. Ils n’ont pas présenté de défense. Michel Duchaussoy n’a pas témoigné, bien que les aveux qu’il a fait lors de son interrogatoire aient été présentés dans la preuve de la Couronne.

La veille du drame, près de minuit, M.Duchaussoy et sa conjointe ont pris un taxi dans l’arrondissement de Dorval pour se rendre chez des amis. Arrivés à l’angle des rues Darlington et Côte-Sainte-Catherine, dans la nuit du 20 novembre, l’accusé a tiré deux coups de feu sur le chauffeur, l’atteignant à la tête. Le couple s’est enfui à la course.

C’est à ce moment que Michel Duchaussoy est allé cacher son arme, un fusil de chasse tronçonné.

Le jury délibère jusqu’à ce qu’il y ait un consensus sur le verdict.

Articles récents du même sujet