National
20:15 22 mars 2017 | mise à jour le: 22 mars 2017 à 20:15 Temps de lecture: 2 minutes

Demande d’enquête pour le tour d’hélicoptère du maire Labeaume

Demande d’enquête pour le tour d’hélicoptère du maire Labeaume
Photo: TC Media - Archives

Les élus de Démocratie Québec déposeront «dans les meilleurs délais» une demande d’enquête auprès de la Commission municipale du Québec. Ils veulent que la lumière soit faite sur les circonstances entourant le tour d’hélicoptère que le maire de Québec, Régis Labeaume, a fait avec le PDG de Québecor.

Pour Anne Guérette, il est impératif que la Commission municipale tranche si la balade du maire Labeaume avec Pierre Karl Péladeau était conforme au Code d’éthique et de déontologie régissant les membres du conseil. En vertu de ce règlement, un «membre du conseil ne peut accepter tout don, toute marque d’hospitalité ou tout autre avantage, quelle que soit sa valeur, qui peut influencer son indépendance de jugement dans l’exercice de ses fonctions ou qui risque de compromettre son intégrité».

La chef de Démocratie Québec justifie la demande d’enquête par une «accumulation»: «C’est sûr que ça a fait jaser beaucoup dans les derniers jours, beaucoup de gens se questionnent. Non seulement ce n’est pas la première fois, non plus, déclare-t-elle. Rappelons-nous quand le maire est allé à Lausanne en compagnie de Gestev». À l’époque, le parti s’était questionné sur le potentiel de conflit d’intérêt que pouvait représenter ce voyage en compagnie du promoteur.

L’opposition relaie que le survol des plaines d’Abraham devait servir à évaluer de potentiels parcours de ski de fond pour un futur projet d’épreuves de ce sport dont Québecor serait partenaire. «Si un événement de ce type devait se tenir à Québec dans le futur, le comité exécutif et le conseil de la Ville seront inévitablement appelés à se prononcer.»

En mêlée de presse, Régis Labeaume a réagi en répétant «insignifiant». Mardi, c’est ainsi que le maire de Québec a qualifié le débat, lorsque talonné sur le sujet.

La réponse est arrogante, conclut Anne Guérette. «Pour nous l’intégrité, la transparence, ça n’a rien d’insignifiant, surtout aux yeux de nos contribuables.»

Articles similaires