National

Catherine McKenna espère une rencontre privée avec Scott Pruitt

Catherine McKenna espère une rencontre privée avec Scott Pruitt
Photo by: The Associated PressEPA Administrator Scott Pruitt carries his folder as he walks away from the podium after speaking to the media during the daily briefing in the Brady Press Briefing Room of the White House in Washington, Friday, June 2, 2017. (AP Photo/Pablo Martinez Monsivais)

OTTAWA — La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, affirme que le Canada continuera de dialoguer avec la Maison-Blanche même si l’administration de Donald Trump a tourné le dos à l’accord de Paris sur les changements climatiques.

Mme McKenna, qui s’envolera dimanche pour l’Italie afin d’assister à une rencontre ministérielle du G7, a soutenu vendredi que le Canada et les États-Unis ont beaucoup d’autres sujets à aborder indépendamment de la lutte au réchauffement climatique.

La ministre espère pouvoir rencontrer en privé celui qui est à la tête de l’agence américaine de protection de l’environnement (EPA), Scott Pruitt.

Il s’agit de la première occasion qui se présent à Mme McKenna de s’entretenir directement avec M. Pruitt depuis que M. Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l’accord de Paris. Cette décision a été largement motivée par les conseils promulgués par le chef de l’EPA au président américain.

Le fossé qui sépare M. Trump et les leaders européens du G7 — déjà apparent durant le récent sommet du mois dernier —a semblé s’élargir de façon exponentielle après que la décision de M. Trump eut été annoncée relativement à l’accord de Paris.

Si la vision du Canada mise de l’avant en matière d’affaires étrangères semble davantage alignée avec celle de l’Europe que de l’administration Trump, Mme McKenna assure qu’elle a de nombreux points de discussion qui figurent à son agenda en vue d’une éventuelle rencontre avec M. Pruitt. Ceux-ci ne se résument pas aux changements climatiques, a-t-elle dit.

La protection des plans d’eau, la pollution de l’air, les Grands Lacs et les innovations en matière d’énergies renouvelables sont tous des enjeux à aborder, a-t-elle exposé. Chacun de ceux-ci requiert que les lignes de communication avec Washington soient maintenues, a fait valoir la ministre.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *