National

Legault veut encourager la natalité au Québec

Legault veut encourager la natalité au Québec
Photo: Paul ChiassonPaul Chiasson / La Presse Canadienne

SHERBROOKE, Qc — Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, s’est engagé lundi à appuyer financièrement les parents qui veulent un deuxième ou un troisième enfant.

Il détaillait ainsi une promesse faite lors du conseil général de son parti, en novembre 2017, à Sherbrooke.

S’installant dans la cuisine de Maryse et Jason, badinant avec leurs trois enfants devant les caméras, M. Legault a dénoncé «l’illogisme» de l’actuel crédit d’impôt remboursable pour le soutien aux enfants (CIRSE), qui est plus élevé pour un premier enfant.

Devant le couple qui opinait du bonnet — plus d’enfants égal plus de dépenses — il a expliqué qu’un gouvernement de la CAQ bonifierait progressivement, sur quatre ans, le crédit d’impôt avec son programme «Allocation famille».

Ainsi, les familles ayant un revenu de 107 000 $ ou moins toucheraient un montant supplémentaire de 1216 $ annuellement par enfant, à compter du deuxième enfant.

«Les familles du Québec vont recevoir 2400 $ pour le premier enfant, 2400 $ pour le deuxième enfant et un autre 2400 $ s’il y a un troisième enfant», a déclaré M. Legault, en précisant qu’il s’agit de montants maximaux en fonction du revenu.

«Ça veut dire, concrètement, que pour le deuxième et le troisième enfant, ils vont recevoir 1200 $ de plus, donc le double de ce qu’ils reçoivent actuellement», a-t-il ajouté.

Le montant minimal disponible, qui est actuellement de 630 $ par enfant, sera également rehaussé à 1000 $.

«Dans tous les cas, il y aura une amélioration de la situation financière pour les parents», a renchéri M. Legault. À terme, il évalue le coût de cette mesure à 763 millions $ par année.

De Trois-Rivières où il faisait campagne, le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, a rapidement mis en doute la capacité de la CAQ à livrer ses promesses.

«C’est plus de 700 millions $ par année que M. Legault annonce, en plus des 700 millions $ par année de baisse de taxe scolaire, ça commence à faire plusieurs 700 millions $ là. Est-ce qu’il commence à faire une course avec Québec solidaire pour savoir qui va dépenser le plus?» a-t-il ironisé.

Stimuler la natalité, défendre l’identité québécoise

Le chef caquiste insiste: il ne s’agit pas d’un «bébé bonus» ni d’une politique nataliste, mais bien d’une aide financière pour les parents qui sont pris à la gorge.

Lorsqu’il avait pour la première fois lancé cette idée, l’an dernier, le premier ministre Philippe Couillard avait réagi en disant qu’il s’agissait d’une proposition d’un autre siècle, à l’époque où les curés exhortaient les femmes à faire plus d’enfants.

Lundi, M. Couillard a réitéré son malaise face à la position de la CAQ. «Je ne favorise pas l’idée de récompenser financièrement les femmes pour avoir des enfants, a-t-il dit. C’est à elles de décider.»

Si François Legault affirme ne pas se laisser distraire par la «campagne de peur» des libéraux, il refuse toutefois maintenant de présenter sa mesure comme visant à préserver l’identité québécoise, assurer le poids démographique du Québec au sein du Canada, tout en favorisant son développement économique, comme il l’avait fait l’automne dernier.

«Si en même temps ça aide à ce qu’il y ait plus d’enfants au Québec, ça va être bon effectivement pour protéger notre identité, mais le but premier, c’est d’aider les familles», a-t-il martelé.

Rafler l’Estrie au PLQ?

Par ailleurs, le chef caquiste a passé la journée de lundi en Estrie. Il espère arracher plusieurs circonscriptions aux libéraux, dont celle de Brome-Missisquoi, actuellement représentée par le député Pierre Paradis, en poste depuis 1980.

M. Paradis est en arrêt de travail à la suite d’une chute survenue le 25 janvier 2017, alors qu’il pratiquait l’équitation. Il a été temporairement exclu du caucus libéral en raison d’allégations d’inconduite sexuelle, qui n’ont cependant mené à aucune accusation après enquête.

En juin, dans un rapport très dur, la commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale, Ariane Mignolet, accusait le député d’avoir utilisé des fonds publics au profit de sa fille et de son gendre, grâce à l’allocation de logement offerte aux députés.

Il était alors intervenu sur la place publique en publiant un communiqué, dans lequel il clamait son innocence et affirmait avoir collaboré à l’enquête de la commissaire à l’éthique, contrairement à ce qu’elle prétend.

La CAQ, qui avait fait bonne figure dans le comté de Brome-Missisquoi aux élections de 2012 et de 2014, se permet de rêver à un raz-de-marée caquiste dans la région.

«Il y a une possibilité très réelle que toutes les circonscriptions de l’Estrie deviennent caquistes le 1er octobre au soir, a déclaré M. Legault, flanqué de sa candidate dans Brome-Missisquoi, la triple médaillée olympique Isabelle Charest. Je suis venu très souvent cet été, je vais continuer de revenir. (…) Ça pourrait être ici en partie que se décide le prochain gouvernement.»

La circonscription a une forte proportion anglophone et vote pour le Parti libéral depuis 1980. Les comtés avoisinants de Sherbrooke, Orford, Saint-François, Richmond et Mégantic sont également aux mains des libéraux.