National

Les professionnels de la santé demandent une ouverture des pratiques

Photo: Photo Deposit

La Fédération des professionnel(le)s (FP-CSN) demande à la nouvelle ministre caquiste de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, de passer de la parole aux actes en procédant à un décloisonnement des pratiques dans tout le réseau. Le groupe avait formulé cette recommandation à plusieurs reprises sous le règne libéral de Philippe Couillard.

«Le réseau de la santé et des services sociaux a besoin plus que jamais de décloisonner ses pratiques pour améliorer l’accès aux soins et leur efficacité, a expliqué la présidente de l’organe syndical de 8000 membres, Ginette Langlois. C’est ce qui fait la force des CLSC, qui pourtant, ont été grandement malmenés sous la direction du ministre Barrette.»

Elle ajoute que son regroupement est bien heureux de «constater [un] intérêt renouvelé pour les CLSC [Centre local de services communautaires]» avec le changement de gouvernement.

Peu après son assermentation à l’Assemblée nationale, Mme McCann avait notamment déclaré que la réforme de son prédécesseur, Gaétan Barrette, avait été très «exigeante» pour les professionnels. Sa solution: insuffler plus de collaboration dans le réseau et surtout investir dans les CLSC pour inciter les médecins de famille à déléguer, autant que possible, aux travailleurs sociaux ou encore aux psychologues.

Des propos qui laissent présager «un changement d’approche» et une décentralisation des services, selon la présidente de la FP-CSN. Encore faut-il que les bottines suivent les babines, croit le syndicat, devant de «grandes attentes».

«Mme McCann ne [devra] pas ignorer que la réforme Barrette a contribué à augmenter la détresse psychologique et à faire exploser les taux en absences maladie chez les salariés(es).» –Ginette Langlois.

Les professionnels de la santé tiennent, selon elle, à fournir un service «impeccable à la population», sauf qu’ils ne se sentent pas soutenus «tant par le grand patron que par des employeurs régionaux, qui eux-mêmes se situent de plus en plus loin de la réalité du terrain», déplore-t-elle. 

Malgré tout, les solutions amenées par la Coalition avenir Québec (CAQ) ne doivent pas seulement toucher les services médicaux, argue-t-on. «On demande à la ministre d’apporter les correctifs nécessaires pour remettre les services sociaux au cœur de la mission ministérielle», explique l’organisation dans un communiqué. Elle dit vouloir tourner la page sur «de lourdes compressions budgétaires» qui ont décentralisé les décisions dans les CISSS et les CIUSSS.

La députée caquiste de Sanguinet a d’ailleurs souligné, sur les ondes de Radio-Canada, «que les médecins ne sont pas seuls dans le réseau». Il faut s’assurer «que nos intervenants n’aient plus à faire des kilomètres d’un site à un autre», avait ajouté la politicienne.

Un autre «changement de paradigme» aux yeux de Mme. Langlois, qui envisage une sensibilité «renouvelée» en général pour son secteur d’activités et ses négociations locales en cours.

Soutenir les sage-femmes
Dans une missive envoyée aux médias, la FP-CSN mentionne aussi sa volonté de donner «un nouvel élan» au réseau des sage-femmes au Québec. Depuis 2008, «un manque de volonté politique de vision globale» bloque le développement de services dans cette pratique. L’objectif – chiffré à 10% des accouchements en 2018 – est loin d’être atteint, plaide-t-on. On parle plutôt de moins de 5% de cette cible à l’heure actuelle. Seulement 200 sage-femmes sont disponibles.

«Nous devons poursuivre le déploiement de la profession. Nous avons l’impression que les sages-femmes ne sont pas reconnues à leur juste valeur, alors que nous savons qu’un accouchement avec sage-femme diminue de façon importante les interventions médicales comme les césariennes.» -Ginette Langlois

Québec doit, à ses dires, «faire la promotion de la profession pour combattre les préjugés liés à la méconnaissance de la pratique et favoriser une meilleure collaboration avec l’équipe médicale».

Devant une pénurie de main d’oeuvre «importante», la FP-CSN veut rencontrer la nouvelle ministre McCann «dans les plus brefs délais» pour discuter des enjeux prioritaires sur la table.

Articles récents du même sujet