National

L’UQAM reçoit une subvention de 1,5M$ pour prévenir la radicalisation

L’UQAM reçoit une subvention de 1,5M$ pour prévenir la radicalisation
Photo: Archives Métro

Le Réseau des praticiens canadiens en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent (RPC-PREV), un centre affilié à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), recevra du gouvernement fédéral une somme de 1,5M$ pour les quatre prochaines années.

Ce montant doit permettre de «rehausser les programmes d’intervention partout au Canada», selon un communiqué du ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile.

«Ce financement renforcera les capacités des intervenants de première ligne au Canada en répondant aux besoins des spécialistes locaux, en les aidant à apprendre les uns des autres et en améliorant leur accès aux ressources et à la formation», peut-on y lire.

La directrice du Réseau, Ghayda Hassan, s’est dite très heureuse de cette subvention, qui doit toucher «l’ensemble des services offerts» par le centre pancanadien. «Le gros du budget va aller au service des praticiens. Donc connecter les praticiens [sur l’ensemble du territoire], soutenir et développer les hubs [centres de prévention]», a-t-elle expliqué à Métro. Le (RPC-PREV) fait entre autres appel à des psychologues, à des professionnels de la santé et à des intervenants sociaux.

Le RPC-PREV, une initiative de Mme Hassan, aussi professeure en psychologie à l’UQAM, emploie depuis près d’un an une multitude d’experts de différents domaines partout au pays. Son expertise se déploie en quatre axes: la recherche, la cartographie des ressources disponibles, les formations et la publicisation des connaissances. Tous ces volets, théoriques et pratiques, visent à contrevenir au foisonnement de l’extrémisme violent.

«Les polarisations sociales et les radicalisations violentes et haineuses sont des problèmes qui menacent profondément la solidarité et la paix sociale. Elles touchent toutes les sphères de la société canadienne et nécessitent une réponse systémique et un solide partenariat intersectoriel», a renchérit Mme Hassan.