National

Le gouvernement ontarien examine la gouvernance de 82 municipalités

Le gouvernement ontarien examine la gouvernance de 82 municipalités
Photo by: PATRICK DOYLE / La Presse CanadiennePATRICK DOYLE / La Presse Canadienne

TORONTO — Après avoir fortement diminué le nombre d’élus à Toronto, le gouvernement Ford annonce qu’il examinera les pratiques de 82 municipalités, soulevant la possibilité qu’il effectue éventuellement des fusions.

La province a nommé deux experts pour enquêter sur la gouvernance de Halton, York, Durham, Waterloo, Niagara et Peel. Le district de Muskoka, le comté d’Oxford, le comté de Simcoe et leurs municipalités de palier inférieur seront également examinées.

Les experts se pencheront sur la pertinence des structures à deux niveaux pour les municipalités.

Le ministre des Affaires municipales, Steve Clark, a affirmé que le gouvernement n’écartait pas la possibilité de fusions.

Le modèle des municipalités régionales est en place depuis presque 50 ans, alors une révision est appropriée, selon le ministre Clark.

Il souligne que la démographie, les infrastructures et le modèle de taxation ont changé depuis ce temps.

Michael Fenn, un ancien sous-ministre et président fondateur de l’agence de transport régionale Metrolinx, et Ken Seiling, qui a récemment pris sa retraite comme président régional de Waterloo, devront livrer leurs recommandations d’ici le début de l’été.

Les experts ont également pour mandat d’examiner de quelle manière les conseillers régionaux et les chefs de conseil sont élus ou nommés, et si la répartition des conseillers représente bien les résidants.

Ils vérifieront également les possibilités de réduction de coûts et les moyens de fournir des services plus efficacement.

Le premier ministre Doug Ford a présenté en juillet un projet de loi réduisant le conseil de Toronto de 47 à 25 conseillers et annulant les élections aux postes de président régionaux dans les régions de Peel, York, Muskoka et Niagara — les dirigeants sont maintenant nommés. À l’époque, les détracteurs du gouvernement se demandaient pourquoi seules ces municipalités étaient ciblées.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *