National

Moins d’une arme sur 4 enregistrée au registre des armes à feu

Moins d’une arme sur 4 enregistrée au registre des armes à feu
Photo: Jacques Boissinot/La Presse canadienneJacques Boissinot / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — À la veille de la date limite d’enregistrement des fusils de chasse et des carabines, il y aurait toujours moins d’une arme sur 4 immatriculée au Québec.

C’est le mardi 29 janvier qui est la date à laquelle toutes les armes doivent être enregistrées.

Mais ce lundi, il n’y en avait que 370 264, selon les chiffres fournis par le ministère de la Sécurité publique.

Comme le ministère estime à 1,6 million le nombre d’armes sur le territoire québécois, cela fait en sorte qu’il n’y aurait que 23% des armes inscrites au registre actuellement.

Cela signifie aussi qu’au cours du mois précédant la date limite, 86 000 armes y ont été ajoutées.

Un mouvement de boycott concerté de l’enregistrement est encours depuis environ un an. Le groupe «Tous contre un registre québécois des armes à feu» continue également à militer pour son abolition.

Malgré ces constats, le ministère juge «très encourageante» la progression croissante des demandes d’immatriculation. Seulement dans la journée de dimanche, près de 9500 demandes ont été acheminées au Service d’immatriculation des armes à feu du Québec (SIAF), a indiqué le ministère par courriel.

Les Québécois ont jusqu’au 29 janvier pour enregistrer leurs armes à feu de catégorie «sans restriction». On parle ici de façon générale des armes utilisées pour la chasse, comme les fusils ou les carabines, aussi appelées «armes d’épaule». Les autres types d’armes, soit les armes à feu prohibées et à autorisation restreinte, ne sont pas visés par la Loi sur l’immatriculation des armes à feu.

Il n’y a pas de frais pour l’immatriculation, et elle peut se faire en ligne ou par la poste. Ceux qui omettent d’immatriculer leurs armes sont passibles d’amendes allant de 500$ à 5000$.

Le gouvernement Legault a indiqué la semaine dernière qu’il apportait des assouplissements au registre pour accommoder les chasseurs.

Ainsi, seul le numéro de série de l’arme sera requis pour enregistrer celle-ci et il ne sera plus nécessaire d’obtenir un deuxième numéro d’immatriculation; les propriétaires n’auront plus à mesurer la longueur du canon de l’arme qu’ils enregistrent; et, surtout, l’obligation de rapporter tout déplacement au-delà de 15 jours sera modifiée.

Mais le registre est toutefois là pour rester, a répété le gouvernement.