National

Opposition au nouveau centre de détention pour les migrants de Laval

Opposition au nouveau centre de détention pour les migrants de Laval
Photo: Josie DesmaraisUne cinquantaine d'organisations s'opposent à la construction d'une nouvelle prison pour réfugiés à Laval. Sur la photo, Rosalind Wong, de Solidarité sans frontières. / Josie Desmarais

Plusieurs groupes militants pour les droits de la personne s’opposent à la construction d’un nouveau centre de détention pour migrants à Laval, invoquant des motifs humanitaires.

La construction de ce nouveau Centre de surveillance de l’immigration (CSI), qui devrait ouvrir ses portes en 2021 au coût de 56 M$, fait partie du plan de 138 M$ dévoilé en 2016 par le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale pour «améliorer le système de détention des demandeurs d’asile». Sa capacité sera de 121 personnes.

«Le gouvernement libéral présente ce projet comme un moyen plus humain de détenir les migrants, mais à notre avis il ne s’agit que d’un investissement supplémentaire dans un système violent qui devrait être aboli. Un système dont l’objectif central est le respect des frontières coloniales et la division de la richesse et du pouvoir», a invoqué Rosalind Wong, porte-parole de Solidarité sans frontières, organisme initiateur de la coalition qui regroupe une cinquantaine de groupe dont la Fédération des femmes du Québec et l’Association des juristes progressistes.

«Il n’y a rien d’humanitaire dans un système où deux lois s’appliquent: la loi pour les citoyens canadiens et la loi pour ceux qui ne sont pas résidents permanents qui sont sans papiers ou qui font face à la déportation», a fait valoir Mostafa Henaway, du Centre des travailleurs et travailleuses immigrants, qui a déploré les conditions à l’intérieur du centre, notamment pour les familles et les enfants.

Qualifié de «vétuste» par le ministre Goodale, l’actuel CSI sert de lieu de détention aux personnes arrêtées par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) pour différents motifs : arrivée irrégulière au pays, danger pour la sécurité publique ou incapacité à prouver son identité.

«On peut se retrouver en prison à tout moment lors de son parcours d’immigration : lors d’une demande d’asile, entre deux visas, lors d’un contrôle ou pour des raisons de sécurité plutôt vagues. Mais à ce que je sache, l’immigration n’est pas un crime» a fait valoir Camille Bonenfant, de Solidarité sans frontières.

«On prône plutôt la fin des détentions, des déportations et la régularisation des sans papier sur le territoire canadien. En ce moment, la société profite de ceux qui ont un statut d’immigration incertain parce qu’ils ont des boulot précaires et ne vont pas revendiquer leurs droits. On crée une catégorie d’individus qui vit dans la peur et qu’on exploite.»

La militante déplore également l’utilisation accrue de la vidéo-conférence lors des audiences de révision de détention, une pratique qui selon elle rend encore plus difficile entre les personnes détenues et leurs avocats.

Le groupe promet une mobilisation importante pour empêcher le projet de se réaliser. «Nous allons tenter de le bloquer de tous les moyens : manifestation, mobilisation, action directe. On va aussi parler aux compagnies qui pourraient chercher des contrats dans la construction pour leur parler de la situation. On va faire appel à leur conscience s’ils veulent réellement participer à ce projet» a expliqué Rosalind Wong.

Le 17 février dernier, une première manifestation s’est tenue devant les bureaux de la firme Lemay, cabinet d’architectes choisi par le gouvernement fédéral pour réaliser le projet.