National

Immigration: double manifestation à Saint-Bernard-de-Lacolle

Immigration: double manifestation à Saint-Bernard-de-Lacolle
Photo: Drew Angerer/Getty ImagesUne signalisation avertit les visiteurs que l'entrée à travers la frontière canado-américaine est interdite.

Des partisans de la droite identitaire et des manifestants pro-immigration se sont mobilisés samedi après-midi, à Saint-Bernard-de-Lacolle, en Montérégie.

Une première manifestation organisée par le Groupe de sécurité patriotique (GSP) a eu lieu à une quinzaine de kilomètres de la frontière américano-canadienne «contre l’immigration illégale». Les manifestants, issus également du groupe nationaliste identitaire Storm Alliance, demandaient aux candidats aux élections fédérales de s’engager à fermer le chemin Roxham, qui constitue un point de passage pour plusieurs demandeurs d’asile.

Les groupes participants ont laissé entendre sur les réseaux sociaux qu’ils comptaient se rendre au poste frontalier afin de faire entendre leurs revendications.

Une contre-manifestation a également lieu au Chalet des loisirs, situé deux kilomètres plus loin, «en faveur de la liberté de mouvement et contre l’extrême droite raciste». Les organisateurs ont appelé cette semaine les résidents de la municipalité à faire valoir leur ouverture à l’égard de l’immigration et des demandeurs d’asile dans une ambiance «festive».

«Nous n’acceptons pas l’oppression violente de l’État et des racistes, lesquels renforcent les frontières coloniales», soulignait la page Facebook de l’événement.

Des citoyens issus du regroupement Créons des ponts, constitué de résidents de Hemmingford et des environs, étaient sur place. Sur son site web, l’organisme se dit «préoccupé» par le bien-être des réfugiés qui passent par le chemin Roxham. «Nous voulons attirer l’attention sur les difficultés qu’ils rencontrent pour entrer au Canada», est-il expliqué.

La Sûreté du Québec reste alerte

En entrevue à Métro, la Sûreté du Québec (SQ) affirme avoir déployé plusieurs effectifs sur place, notamment des patrouilleurs et des policiers «pour le maintien et le rétablissement de l’ordre». « C’est vraiment à titre préventif, comme chaque fois que les deux groupes se retrouvent ici. On est là pour faire respecter la loi et s’assurer qu’il n’y a pas d’entraves à la circulation», explique Ingrid Asselin, sergente à la Sûreté du Québec.

La SQ souhaitait notamment contenir d’éventuels débordements à proximité de l’autoroute 15. Le poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle est devenu le théâtre de nombreuses manifestations depuis trois ans.

Selon Ingrid Asselin, les manifestations se sont déroulées dans le calme et aucune arrestation n’a eu lieu.