National

Chambre des communes: une rentrée parlementaire animée, le 5 décembre?

Chambre des communes: une rentrée parlementaire animée, le 5 décembre?
Photo: Josie Desmarais/MétroJustin Trudeau

Après des pressions des partis d’oppositions, qui lui demandaient d’ouvrir la Chambre des communes avant les Fêtes, le premier ministre désigné, Justin Trudeau, a confirmé que la rentrée parlementaire se ferait le 5 décembre. Ce sera l’occasion de mettre la table pour les prochains mois, selon une experte.

«La Chambre se réunit de nouveau le 5 décembre pour l’élection du prochain président et le discours du trône», a confirmé le cabinet du premier ministre, mardi.

Le chef du Parti conservateur (PCC), Andrew Scheer, avait exigé que les activités parlementaires s’amorcent le 25 novembre.

Selon la politologue Stéphanie Chouinard, la courte rentrée ne donnera pas l’occasion aux élus fédéraux «d’adopter de grands projets de loi». «À tout le moins, on aura le temps de reprendre les travaux. Les travaux des comités parlementaires pourront reprendre», explique la professeure en science politique fédérale à l’Université Queen’s.

Sujets à aborder

Malgré l’impossibilité pour le gouvernement d’adopter une loi de façon réaliste, la Chambre se fera sûrement un devoir de parler d’environnement, croit Mme Chouinard.

«C’est un sujet qui va énormément diviser la Chambre, affirme l’experte en politique fédérale. Ça sera intéressant de voir comment le gouvernement minoritaire va être en mesure de plaire à la fois à la partie de l’opposition qui souhaite que le gouvernement aille plus loin et celle qui veut qu’il recule.»

Sauf que des réalités particulières dans les provinces pourraient ralentir l’adoption de mesures concrètes contre la crise climatique, estime Mme Chouinard.

«Là ou le bât blesse, c’est dans la représentation régionale, avance la politologue. Dans les provinces des prairies, un enjeu comme la taxe carbone devient extrêmement sensible.»

«Ça sera tout un jeu d’équilibre entre un consensus facilement atteignable avec les Verts, les néo-démocrates et les bloquistes, puis, d’un autre côté, le souci que devrait avoir le Parti libéral (PLC) de représenter ces régions qui ne sont pas représentées dans son caucus.» – Stéphanie Chouinard

Mme Chouinard prédit aussi des débats sur l’assurance-médicaments et le logement abordable. Selon elle, les libéraux auront le soutien du Nouveau parti démocratique (NPD) dans ces enjeux.

«Nos priorités vont être le coût de la vie, la croissance pour la classe moyenne et les changements climatiques», a de son côté affirmé le premier ministre Trudeau en point de presse.

Objectifs conservateurs

La rentrée parlementaire sera l’occasion pour Andrew Scheer de «démontrer à ses partisans qu’il peut tenir tête à Justin Trudeau dans un gouvernement minoritaire».

«Pour M. Scheer, depuis les élections, les temps sont durs. Il y a plusieurs critiques qui fusent à l’interne. J’ai l’impression qu’il a hâte de siéger pour pouvoir passer à autre chose», souligne Mme Chouinard.