National
15:27 5 juin 2020 | mise à jour le: 5 juin 2020 à 15:37 temps de lecture: 4 minutes

Plus de 200 000 emplois récupérés en mai au Québec, un «bon signe»

Plus de 200 000 emplois récupérés en mai au Québec, un «bon signe»
Photo: Philippe Ruel/MétroLe ministre des Finances, Éric Girard.

Le Québec a «récupéré» plus de 200 000 des 778 000 emplois perdus le mois dernier, dont la moitié sont à Montréal, selon un nouveau rapport paru vendredi, qui parle d’un «rebond» encourageant de l’économie. Si plusieurs défis demeurent dans la foulée de la pandémie actuelle, la situation démontre que plusieurs entreprises ont fait preuve de créativité.

«On n’est pas sortis de la tempête, mais il y a de l’espoir et de la lumière au bout du tunnel. C’est quand même un bon signe, puisque ça veut dire que les entreprises se sont adaptées à la pandémie», explique à Métro le directeur associé de l’Institut du Québec, Jean-Guy Côté, qui a piloté le rapport de recherche.

Selon les données de son organisme, qui publie chaque année son «Indice de l’emploi», la situation permet au taux d’emploi chez les 25-54 ans – soit la population dite «active» – d’amorcer une «lente remontée», pour atteindre plus de 77%.

«Honnêtement, on a été très surpris en voyant ces chiffres. On ne s’attendait pas à des constats aussi positifs. On espère que le mois de juin soit aussi positif. Si on est capables de maintenir ce rythme, on se sortira tranquillement de la crise», fait valoir M. Côté.

Le revers de la médaille

Malgré ces nouvelles «réjouissantes», l’Institut du Québec demeure réaliste: il y a encore beaucoup de travail à faire pour remonter la pente, très à pic, de la COVID-19. En mai, le taux de chômage surpassait toujours les 13% au Québec; ce sont 533 000 emplois en moins qui sont sur le marché, si on compare avec le même mois l’an dernier. On peut donc conclure que le Québec n’a récupéré que 30% des emplois qui ont été perdus en avril, avec la fermeture de plusieurs secteurs de l’économie.

«On sait que la restauration et de l’hébergement vont encore très mal, mais que la construction a somme toute bien récupéré. Il faudra suivre ça de très prés.» -Jean-Guy Côté, de l’Institut du Québec

Le rapport note par ailleurs que le «taux d’activité des Québécois est bas», ce qui laisse sous-entendre, selon les experts, «qu’une partie de la population n’a pas d’emploi et n’en cherche pas».

Tous domaines confondus, la qualité des emplois serait également en baisse, entre autres parce que les salaires ne cessent de croître, ce qui affecte directement et «de façon disproportionnelle» les plus bas salariés et les emplois plus précaires. Là encore, l’interruption de plusieurs secteurs, autant dans le domaine public que privé, explique en partie ce phénomène, soutient-on.

«Des bons chiffres», dit le ministre Girard

Appelé à réagir vendredi, le ministre des Finances du Québec, Éric Girard, a bien accueilli la nouvelle, en conservant toutefois plusieurs réserves.

«Dans l’ensemble, ce sont de bons chiffres qui reflètent le déconfinement au mois de mai». -Éric Girard, ministre des Finances du Québec

«Il y a près de 100 000 de ces emplois dans la région de Montréal», s’est-il réjoui, notant lui aussi que le secteur de la construction «emploie beaucoup» actuellement.

Aux centaines de milliers de personnes qui n’ont toujours pas retrouvé leur emploi, et qui doivent se contenter du chômage, le ministre a voulu livrer un message d’espoir. «On a toujours du travail à faire pour aider ces gens-là et relancer l’économie, a-t-il dit. Clairement, le commerce de détail, la restauration et l’industrie touristique sont des secteurs où il y a eu énormément de pertes d’emplois».

En collaboration avec François Carabin

Articles similaires