National
16:58 9 août 2020 | mise à jour le: 9 août 2020 à 17:04 temps de lecture: 4 minutes

Les conservateurs s’interrogent sur l’octroi d’un nouveau contrat fédéral par le gouvernement Trudeau

Les conservateurs s’interrogent sur l’octroi d’un nouveau contrat fédéral par le gouvernement Trudeau
Photo: Dave Chan/AFPLe premier ministre, Justin Trudeau

Lors d’un point presse en début d’après-midi à la Colline du Parlement les députés conservateurs Pierre Poilievre et Michael Barrett sont revenus, selon leur formule, sur «un été de scandales» pour le gouvernement de Justin Trudeau et notamment sur l’octroi d’un nouveau contrat par le gouvernement fédéral.

Les députés conservateurs ont soulevé des questions concernant l’octroi d’un contrat fédéral pour la gestion d’un programme d’aide par le gouvernement Trudeau, déjà enlisé dans le scandale UNIS.

Ce contrat concerne l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) qui fournit un soutien financier aux petites entreprises en difficulté financière face à la COVID-19, notamment en leur accordant une réduction de loyer.

Selon le député conservateur, qui cite le président de l’association des entreprises indépendantes Dan Kelly, ce programme n’aurait bénéficié qu’à 15% des entreprises et seulement 20% estime que le programme comme bon pour l’aide aux entreprises, une «une catastrophe» pour Pierre Poilievre. Selon le parti conservateur, cet échec serait dû à la complexité du programme. Une complexité qui aurait servi au gouvernement à «avantager certaines personnes ou certaines entreprises».

«Le gouvernement a décidé de ne pas donner la gestion de ce programme à l’Agence du revenu du Canada (ARC) qui avait déjà établi des subventions aux salaires et qui aurait pu simplement ajouter cette tâche à ces responsabilités, en faveur de donner ce programme à une agence qui n’a rien à voir avec le loyer commercial», a-t-il déclaré.

Cette agence, la Société d’hypothèques et de logement (SCHL), a ensuite engagé une entreprise privée afin de gérer le programme, pour un contrat estimé à plus 50 millions de dollars. Cette entreprise, c’est la firme MCAP, dont Robert Silver, époux de la cheffe du cabinet de Justin Trudeau Katie Telford, occupe un poste de vice-président.

Une affaire que les députés du parti conservateur lient évidemment avec le scandale UNIS qui a entaché Justin Trudeau et son ministre des finances Bill Morneau ces dernières semaines. Les deux hommes sont accusés de conflit d’intérêts pour avoir notamment favorisé l’obtention d’un contrat de 19,5 M$ pour l’organisme UNIS (WE Charity) concernant la gestion d’un fonds pour des étudiants. Le ministre des Finances a dû rembourser 41 000$ qu’il aurait perçu de la part de l’organisme pour le financement de deux voyages. L’organisme a aussi versé des sommes de plusieurs centaines de milliers de dollars à la mère et au frère du premier ministre.

Interrogé devant le Comité permanent des finances le 30 juillet dernier, le premier ministre Trudeau martèle qu’il n’a rien fait pour influencer ce choix.

Une enquête demandée par les conservateurs

Pour les conservateurs c’est une nouvelle fois la preuve que des programmes fédéraux favorisent des entreprises privées ayant des liens avec le gouvernement Trudeau au lieu d’autres programmes «simples qui livrent directement les bénéfices aux Canadiens».

«On voit encore un autre exemple où le gouvernement crée un système très complexe qui n’est pas nécessaire, afin d’acheminer l’argent vers des organismes privés qui peuvent profiter à une grande dépense gouvernementale», déclare le député Poilievre.

Le parti conservateur demande une nouvelle une enquête sur ce contrat accordé par le gouvernement fédéral, notamment auprès du commissariat au lobbying, afin de déterminer si l’entreprise MCAP a suivi les règles concernant l’obtention du contrat et s’ils sont enregistrés au registre.

Interrogé notamment par The Globe and Mail, après que Katie Telford ait participé à une réunion avec l’agence SCHL, le bureau du Premier ministre a assuré que la cheffe de cabinet n’a eu aucun rôle dans l’obtention de ce contrat par l’entreprise MCAP.

Articles similaires