National
15:48 23 septembre 2020 | mise à jour le: 23 septembre 2020 à 17:46 temps de lecture: 5 minutes

Discours du Trône: la subvention salariale prolongée d’un an

Discours du Trône: la subvention salariale prolongée d’un an
Photo: Capture d'écranJustin Trudeau et Julie Payette lors du Discours du Trône

La subvention salariale sera prolongée jusqu’à l’été prochain afin d’aider les entreprises affectées par la pandémie à maintenir les Canadiens à l’emploi, a annoncé le gouvernement Trudeau dans le discours du Trône. Cette subvention transitionnera ensuite vers l’assurance-emploi, qui deviendra le seul mécanisme pour obtenir de l’aide financière à l’été 2021.

Le discours du Trône a inauguré mercredi une deuxième session parlementaire. Le gouvernement espère sauver un million d’emplois avec ses diverses annonces.

La gouverneure générale Julie Payette a en outre annoncé que les entreprises seront également soutenues par diverses mesures telles que le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes. Le gouvernement fédéral souhaite également améliorer le Programme de crédit aux entreprises et mettre en place d’autres mesures d’aide notamment pour les industries du voyage et du tourisme, l’industrie de l’hôtellerie et le milieu culturel.

Les préposés aux bénéficiaires seront aussi soutenus.

«Le Canada doit mieux valoriser le travail des préposés.» – Julie Payette, gouverneure générale 

Un discours marqué par la pandémie

Le discours du Trône a été marqué par la lutte contre la pandémie de la COVID-19.

«C’est la priorité absolue, a déclaré la gouverneure générale. Le monde affronte un ennemi commun, invisible et insidieux. La pandémie a révélé les lacunes fondamentales de notre société.»

Parmi les projets du gouvernement: augmenter la capacité des tests de dépistage. «On ne devrait pas avoir à faire la file pendant des heures pour se faire tester», a dit Mme Payette.

La mise en place d’une assurance-médicaments universelle a également été mentionnée. 

Premières réactions mitigées

Le premier ministre du Québec, François Legault, a rapidement réagi et n’a pas caché sa déception sur Twitter.

«Discours du trône décevant pour le Québec, a-t-il gazouillé. Ne respecte pas le champ de compétences des provinces en santé. Je vais en discuter demain avec les premiers ministres des autres provinces.»

Notons que le discours du Trône a mentionné que certains provinces se montraient timides envers l’application Alerte COVID, faisant implicitement référence au Québec.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, estime pour sa part qu’Ottawa «n’a rien écouté des demandes urgentes et légitimes du Québec et des provinces». Selon lui, toutes, ont besoin que le fédéral «respecte les compétences du gouvernement des Québécois et de ceux des provinces, d’abord en santé».

Le chef du NPD Jagmeet Singh n’a pas été plus clément. «Aujourd’hui, le discours du Trône était plein de promesses que nous avons déjà entendues. Un discours du Trône n’est que des mots sur papier et M. Trudeau nous a montré que ses actions ne sont pas à la hauteur de ses paroles.»

Le Parti conservateur, mené par Erin O’Toole, a annoncé qu’il n’appuiera pas le discours du Trône du gouvernement Trudeau.

Minoritaire à la Chambre des communes, le gouvernement Trudeau doit recevoir l’appui d’au moins un parti de l’opposition s’il veut remporter le vote de confiance. Notons que le premier ministre s’adressera aux Canadiens ce soir à 18h30. 

D’autres priorités

L’inclusion des personnes handicapées, le soutien aux femmes et aux aînés, le financement des places en garderie et la crise des opioïdes font également partie des nombreuses priorités énumérées lors du discours du Trône. Ce dernier compte également éliminer l’itinérance chronique au pays.

En matière d’environnement, le gouvernement souhaite entre autres investir dans les technologies propres et les énergies renouvelables, interdire les plastiques, moderniser la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, créer une nouvelle agence canadienne de l’eau, et construire des infrastructures hydrauliques plus fortes. 

«Ce n’est pas une tâche facile que de bâtir un pays plus fort et plus résilient.»

Et la liste des projets est longue : modifier le Code criminel pour punir ceux qui maltraitent les aînés, augmenter le nombre des parcs dans les villes, affiner la stratégie en matière de logements, etc.   

Les PME veulent être consultées

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, la FCEI, s’est réjouit que le discours du Trône se concentre notamment sur la réponse économique à la COVID-19. 

«Le gouvernement pose des gestes concrets qui feront une différence pour plusieurs entreprises», déclare Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI. 

Ils mettent toutefois en garde celui-ci contre tout éventuel changement permanent à l’assurance-emploi qui se ferait sans consulter au préalable les principales concernés : les PME, avant de se montrer ouverts à une collaboration. 

Articles similaires