National
11:29 22 octobre 2020 | mise à jour le: 22 octobre 2020 à 18:39 temps de lecture: 2 minutes

Québec veut imposer des amendes pour les thérapies de conversion

Québec veut imposer des amendes pour les thérapies de conversion
Photo: Archives/MétroUn drapeau de la communauté LGBTQ+

Alors même qu’Ottawa légifère pour les criminaliser, les thérapies de conversion sont maintenant en ligne de mire à Québec. Le gouvernement de François Legault compte imposer des amendes allant jusqu’à 150 000$ à toute personne exerçant cette pratique critiquée.

Les thérapies de conversion ont pour objectif de «changer» l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. Dénoncées, elles ne s’appuient sur aucun fondement scientifique et médical.

Selon le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, ces pratiques portent «atteinte au droit à l’intégrité et à la dignité de la personne qui la suit». Jeudi, au Salon bleu, l’élu a proposé par le biais d’un court projet de loi d’interdire tout contrat, onéreux ou non, pour la prestation d’une thérapie de conversion.

Le projet de loi numéro 70 prévoit entre autres des amendes allant jusqu’à 50 000$ pour une personne physique. Ce montant peut atteindre 150 000$ «dans les autres cas». «En cas de récidive», ces montants doubleront, indique la mesure législative.

Après le dépôt du projet de loi, jeudi, le ministre Jolin-Barrette, a invité les oppositions à travailler «rapidement» vers son adoption.

À Ottawa

Le gouvernement du Québec n’est pas le premier à intervenir par la voie législative pour proscrire ces thérapies controversées. À la Chambre des communes, le gouvernement libéral de Justin Trudeau déposait lui aussi un projet de loi, début octobre, afin d’inscrire cette pratique au Code criminel.

La mesure fédérale couvre les thérapies administrées aux mineurs et aux adultes non consentants. Le projet de loi 70, à Québec, ne fait pas de distinction. «L’objectif du projet de loi est de protéger les personnes qui seraient victimes de ce genre de thérapie, qu’elles soient mineures ou majeures», a lancé M. Jolin-Barrette jeudi, avant d’ajouter que «c’est sûr qu’il faut porter une attention particulière aux mineurs».

Le ministre canadien de la Justice, David Lametti, avait déposé un premier projet de loi en ce sens en mars dernier. La pandémie avait toutefois pris toute la place.

Bien que les chiffres varient, les études estiment à plusieurs dizaines de milliers le nombre de Canadiens qui ont subi une thérapie de conversion au courant de leur vie.

Articles similaires