National
10:03 10 décembre 2020 | mise à jour le: 10 décembre 2020 à 16:26 temps de lecture: 3 minutes

Fermer les restaurants était la décision à prendre, dit Dubé

Fermer les restaurants était la décision à prendre, dit Dubé
Photo: Josie Desmarais/MétroLe ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Québec ne démord pas. La décision d’aller à l’avant de la Santé publique pour fermer les restaurants était la bonne, soutient le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

L’élu réagissait jeudi aux propos du directeur national de santé publique, Horacio Arruda, qui a confirmé en commission parlementaire que sa recommandation était de laisser ces pans de l’économie ouverts.

«On a décidé d’être plus prudents», a souligné M. Dubé, jeudi, en mêlée de presse. Selon lui, la hausse des cas enregistrée récemment donne raison au premier ministre. Jeudi, 1842 cas se sont ajoutés au bilan national, le deuxième plus haut total de la pandémie.

«Dieu sait que ça a été une décision difficile. Les fois qu’on est allé plus loin que les recommandations de la Santé publique, je l’assume pleinement», a martelé le ministre.

Par ailleurs, l’idée de ne laisser que les personnes d’un même ménage se rendre au restaurant ne tenait pas la route, selon M. Dubé. «Les restaurateurs, quand on leur a parlé, ils nous on dit: vous êtes mieux de nous fermer», a affirmé M. Dubé.

Pas assez transparent?

Plus tôt, les élus d’opposition à l’Assemblée nationale avaient reproché à Québec son manque de transparence. Selon eux, le gouvernement Legault a sciemment omis d’évoquer la première recommandation de la Santé publique en fermant les restaurants, mais aussi les bars, les musées et les cinémas il y a deux mois.

«Ce n’est pas nécessairement une mauvaise décision, c’est juste qu’il faut l’expliquer, le dire et l’assumer. Et je pense que le gouvernement se préserve politiquement en disant aux restaurateurs: vous savez, on n’a pas le choix, c’est la Santé publique», a commenté le chef parlementaire péquiste, Pascal Bérubé. C’est lui, qui, la veille, avait obtenu de Dr Arruda qu’il précise ses premières recommandations sur les restaurants.

Christian Dubé maintient ses dires: «je pense qu’on est assez transparents».

La cheffe libérale, Dominique Anglade, demande elle aussi une limite plus définie entre Québec et Dr Arruda.

«On a eu la confusion des genres hier avec les restaurateurs.» – Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec

Selon la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, c’est sans considération pour cette tranche de l’économie que François Legault a statué, fin septembre. Elle réitère sa demande au ministre de l’Économie d’offrir aux propriétaires de restos des subventions.

«Je ne peux même pas imaginer la claque dans la face qu’ils ont reçue hier», a-t-elle laissé tomber.

D’autres détails suivront.

Articles similaires