National
18:59 2 mars 2021 | mise à jour le: 2 mars 2021 à 18:59 temps de lecture: 2 minutes

L’immigration a baissé de 50 % en deux ans au Québec

L’immigration a baissé de 50 % en deux ans au Québec
Photo: Archives MétroSur le site Web d’Immigration et citoyenneté, on indique que les délais pour le traitement d’une demande de résidences permanentes s’élèvent à 6 mois.

L’arrivée du gouvernement caquiste en 2018 avec sa politique migratoire plus serrée et la pandémie en 2019 ont réduit de 50% les niveaux d’immigration. Cependant un rattrapage est prévu dans le Plan d’immigration du Québec pour l’année 2021 avec plus de 50 000 personnes espérées.

L’Association canadienne d’études constate que le Québec est la province qui a subit la réduction des niveaux d’immigration la plus faible en 2020 en pourcentage à cause de la pandémie, soit 37%. Cette crise sanitaire a réduit les niveaux d’immigration de toutes les provinces et le Québec semble s’en sortir le mieux.

Toutefois, le gouvernement caquiste avait déjà mis une politique migratoire plus restrictive que le gouvernement libéral précédent et avait déjà baissé les niveaux d’immigration dès 2019. Soit 26% d’immigration en moins, passant de 51 118 personnes arrivées sur le territoire en 2018 à 40 565 en 2019.

Précisément, l’immigration est passée de 51 118 personnes en 2018 à 25 195 en 2020, soit une réduction de plus de 50% des personnes accueillies. Le gouvernement souhaitait accueillir de 43 000 à 44 500 personnes immigrantes dans son Plan d’immigration du Québec 2020 mais la pandémie a réduit drastiquement les arrivées.

Rattraper les effets de la pandémie

Le Plan d’immigration du Québec pour l’année 2021 visera un niveau d’immigration permanente de 44 500 à 47 500 personnes admises tel que prévu dans la planification pluriannuelle en cours. Un rééquilibrage est également prévu avec l’admission de 7 000 personnes supplémentaires, qui représente le report d’une partie des admissions non réalisées en 2020 en raison de la crise sanitaire.

Ce rééquilibrage permettrait d’accueillir plus de 50 000 personnes en 2021, ce qui se rapproche des politiques du précédent gouvernement libéral dans son plan pluriannuel d’immigration (51 118 pour l’année 2018).

Les infirmiers et infirmières boycottent le Québec

L’Association canadienne d’études constate aussi une réduction spécifique dans le secteur des infirmiers autorisés et infirmiers psychiatrique autorisés. Seuls 460 infirmiers et infirmières autorisés en 2020 contre 1440 en 2019 alors même que le contexte de la pénurie de main d’œuvre touche le secteur de la santé.

Articles similaires