National
16:07 25 mars 2021 | mise à jour le: 25 mars 2021 à 17:26 temps de lecture: 4 minutes

Sept ans pour sortir le Québec du marasme pandémique

Sept ans pour sortir le Québec du marasme pandémique
Photo: IStock PhotosL'Assemblée nationale du Québec

La pandémie a laissé une profonde entaille dans les finances publiques du Québec. Il lui faudra sept ans pour en guérir.

Dans son troisième budget à titre de ministre des Finances, le grand argentier du Québec, Eric Girard, a présenté un budget «de transition» basé sur les trois grands axes d’intervention de l’État: l’économie, l’éducation et la santé.

Terrassées par les effets de la COVID-19, les finances publiques se retrouvent comme prévu dans le rouge de 15 G$. Pour le prochain exercice financier, Québec s’attend par ailleurs à un déficit de 12 G$, une prédiction plus pessimiste que celle de la dernière mise à jour économique du ministre Girard.

En novembre, Québec prédisait réduire le déficit à 8 G$ au prochain exercice, puis à 7 G$ en 2022-23. «La différence, ce sont les dépenses associées à la pandémie», a expliqué M. Girard, jeudi.

Québec a maintenant les mains liées. Grand défenseur du retour à l’équilibre budgétaire en cinq ans, le ministre a changé son fusil d’épaule, jeudi. Sans hausser les impôts et les taxes, et sans couper dans les services, il est devenu impossible de rétablir l’équilibre budgétaire d’ici 2025-26, conclut le budget Girard.

«Une suspension des effets de la Loi sur l’équilibre budgétaire sera proposée pour les deux prochaines années pour permettre au gouvernement de réduire graduellement le déficit sans nuire à la reprise durable de la croissance de l’économie», annonce le ministre dans les premières lignes de son plan budgétaire.

Il donne ainsi raison à l’opposition officielle, qui martelait ce mois-ci que les objectifs de la Coalition avenir Québec étaient «irréalistes».

La part de la dette brute sur le PIB québécois s’élève à 49,5 %

Budget de transition

Eric Girard prévoyait un budget «classique», c’est ce à quoi on a droit. L’éducation, l’économie et la santé figurent à l’avant-plan des budgets gouvernementaux pour la prochaine année.

«C’est un budget basé autour des trois grandes missions de l’État», a convenu lors d’un point de presse le député de Groulx. En fait, les dépenses des autres portefeuilles s’abaissent de 3,8% en 2021-22.

Pour contrer les effets de la pandémie – aujourd’hui et demain –, le ministre des Finances s’attend à voir les dépenses grimper à 30 G$ sur cinq ans. Le mois dernier, la vérificatrice générale présidait un total de 21 G$ jusqu’en 2023.

«Nous sommes encore en pandémie», a rappelé M. Girard, jeudi.

Une part importante des dépenses du gouvernement québécois dans le réseau de la santé est maintenue. Dans le seul exercice financier à venir, Québec versera près de 3 G$ dans le secteur des soins.

En mars 2026, ce chiffre doit avoir atteint 10 G$, uniquement en santé. Des sommes qui serviront à acheter de l’équipement médical, par exemple, mais aussi à faciliter l’accès à la médecine à distance.

Eric Girard a de nouveau lancé une prière, jeudi, exhortant le gouvernement fédéral à débloquer rapidement des fonds pour la santé. Depuis des mois maintenant, le premier ministre François Legault demande à Ottawa de les faire gonfler substantiellement, pour que Québec touche 6,2 G$ de plus annuellement.

Or, la confiance du ministre Girard est modérée. «Je serais surpris qu’il y ait 6 milliards dans le prochain budget», a-t-il dit.

Les yeux sur la relance

La relance économique passera par le retour au travail des Québécois, souhaite Eric Girard. Son plan budgétaire calcule que le retour au plein emploi se fera au cours de l’année 2022.

Le mois dernier, le taux de chômage s’établissait à 6,4%. Au courant de l’année pandémique, il s’est rapproché du 15%.

Articles similaires