National
09:53 22 avril 2021 | mise à jour le: 22 avril 2021 à 18:01 temps de lecture: 3 minutes

Variant indien: l’Assemblée nationale demande à Trudeau d’intervenir

Variant indien: l’Assemblée nationale demande à Trudeau d’intervenir
Photo: THE CANADIAN PRESS/Paul ChiassonLes premiers ministres Justin Trudeau et François Legault à Montréal le 15 mars 2021.

Le variant en provenance de l’Inde met le Québec sur ses gardes. Les élus de l’Assemblée nationale, tous partis confondus, demandent à Justin Trudeau d’agir, en contrôlant notamment les vols internationaux.

Le premier ministre François Legault enverra d’ailleurs une lettre à son homologue, en coopération avec certains des premiers ministres d’autres provinces. Inquiété par la transmission des variants, l’élu caquiste souhaite aussi voir plus de mesures aux frontières terrestres avec les États-Unis.

«Entre nous, entre les provinces, on s’est entendues pour tout faire pour réduire les voyages entre les provinces», a signifié M. Legault, en direct de Québec.

«On demande à M. Trudeau d’en faire plus.» – François Legault, premier ministre du Québec

Un premier cas du variant a été détecté mercredi au Québec. La personne infectée réside en Mauricie–Centre-du-Québec. «Ce qui nous inquiète, c’est de savoir si nos vaccins sont efficaces contre ce variant-là», a indiqué le premier ministre.

Le variant B.1.617 est apparu en Inde à la fin 2020. Doublement muté, il est en partie derrière la hausse des cas de COVID-19 dans le pays d’Asie. Le nombre de cas quotidiens en Inde a récemment dépassé les 300 000.

Une nouvelle suspension?

En plein coeur de la deuxième vague, Ottawa avait attendu plusieurs semaines avant de resserrer ses consignes quant aux vols internationaux. Justin Trudeau avait finalement annoncé à la fin du mois de janvier que les vols en direction des «destinations Soleil» seraient temporairement suspendus.

Les voyageurs en provenance de l’étranger doivent également s’isoler en attendant un test négatif.

En matinée, les partis d’opposition à Québec ont tour à tour demandé à Ottawa d’agir.

«Le gouvernement du Québec doit faire preuve de leadership et éviter les tergiversations qu’on a connues au mois de décembre, où il a fallu presque un mois pour mettre en place des mesures pour éviter de tomber dans la troisième vague», a martelé le porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière de santé, Joël Arseneau.

Au Parti libéral (PLQ) et chez Québec solidaire (QS) aussi, on presse le fédéral d’agir. La suspension de certains vols, «c’est définitivement quelque chose qui devrait être considéré», a affirmé la cheffe libérale, Dominique Anglade.

Selon la co-porte-parole de QS, «le principe de précaution doit guider». «La Santé publique doit nous indiquer à quelle hauteur il faut fermer ces frontières-là», a-t-elle lancé.

Au Québec, le variant indien est de loin celui qui est le moins répandu pour le moment, derrière le variant britannique (3242 cas), le variant sud-africain (166), le variant nigérian (21) et le variant brésilien (14). Pour l’instant, rien ne peut prouver qu’ils résistent mieux aux vaccins.

Articles similaires