National
09:00 2 mai 2021 | mise à jour le: 3 mai 2021 à 07:24 temps de lecture: 8 minutes

Les investissements dans le logement suffisent-ils?

Les investissements dans le logement suffisent-ils?
Photo: MétroUne manifestation pour le logement abordable.

Depuis des années, les organismes impliqués dans la question du logement ne cessent de marteler qu’il faut mettre en place rapidement des mesures pour faire face à la crise actuelle, notamment en investissant davantage dans le logement social et abordable. Mais à deux mois du premier juillet, les sommes nécessaires se font encore attendre. Et le gouvernement refuse de parler de «crise».

La semaine dernière, le comité exécutif de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a adopté une résolution pressant le gouvernement du Québec d’investir massivement en logement social et abordable dans les municipalités.

«Le dernier budget du gouvernement du Québec prévoit des sommes qui permettront de terminer la construction des projets AccèsLogis qui sont déjà en cours. Il s’agit d’un rattrapage essentiel, qui ne règlera toutefois pas à lui seul la situation actuelle», a déclaré la présidente de la CMM et mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Des mesures d’urgences demandées dans le Grand Montréal

Selon le comité exécutif de la CMM, le programme AccèsLogis Québec suit difficilement le rythme d’augmentation des coûts de construction, ce qui a pour effet de retarder ou de bloquer la construction des projets.

Parmi les mesures d’urgence proposées par le comité exécutif de la CMM, on demande notamment à Québec de réviser les paramètres et de refinancer le programme AccèsLogis pour construire 2 700 logements annuellement dans le Grand Montréal pendant cinq ans.

On propose aussi de renouveler le moratoire sur les reprises de logement et les évictions des locataires qui était en vigueur entre mars 2020 et juillet 2020, de débloquer des sommes suffisantes pour venir en aide aux locataires dans la recherche de logement et de lancer rapidement un vaste chantier québécois pluriannuel pour réhabiliter et construire des logements sociaux, communautaires et privés abordables.

Une autre demande est de réhabiliter les 700 unités en habitations à loyer modique (HLM) du Grand Montréal qui sont barricadés et d’accélérer la rénovation de tous ceux qui ont besoin de travaux dans le cadre d’une programmation budgétaire minimale de cinq ans. Mais du financement conséquent de la part de Québec est nécessaire pour les rénover.

Pas de «crise» du logement, selon Legault

Pour le premier ministre du Québec, François Legault, il n’est toutefois pas question de parler de «crise du logement».

«Je trouve que le mot “crise” est fort», a-t-il répondu mercredi à la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé, qui lui demandait si le Québec vit une crise du logement.

D’ailleurs, l’élu caquiste en a fait réagir plus d’un en affirmant que, selon lui, les loyers à Montréal «peuvent commencer à 500$ ou 600$ par mois». Il a ensuite précisé le lendemain qu’il parlait du coût individuel pour un étudiant.

Toutefois, le premier ministre reste ferme sur sa position: il est exagéré de parler de «crise du logement». «Il manque de logements abordables, mais la crise qu’on vit actuellement, c’est la pandémie», a-t-il fait valoir.

Or, pour les partis de l’opposition, François Legault nie de nouveau un phénomène réel et vit dans un «monde imaginaire».

Les logements abordables, un problème partout au pays

La crise du logement s’étend au-delà du Grand Montréal et du Québec.

En effet, le professeur à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) Nick Revington indique qu’elle se ressent ailleurs au pays. «Partout au Canada, y compris le Québec, même dans des petites villes, le logement abordable devient de plus en plus important comme problème», dit-il.

Par ailleurs, il faut faire la différence entre les logements abordables et les logements sociaux. «Un logement social est un logement qui est subventionné, par exemple, par le gouvernement pour s’assurer qu’un locataire à faible revenu puisse payer le loyer», explique Nick Revington.

Le professeur précise aussi que le logement dit «abordable» n’est pas tout à fait accessible à tous comme son nom l’indique. «Quand on parle de logement abordable, ça pourrait dire presque n’importe quoi», déclare-t-il.

En effet, selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le loyer d’un logement «abordable» équivaut à 30% du revenu d’un locataire. «Le seuil de 30% n’est pas forcément abordable. Disons qu’un ménage à faible revenu dépense 30% de son revenu pour se loger, il faut se demander s’il reste encore assez d’argent pour les autres dépenses du ménage comme la nourriture, le chauffage et tous les autres besoins», illustre Nick Revington. Souvent, ce qui reste n’est pas suffisant, ajoute-t-il.

Des investissements insuffisants au fédéral

Selon plusieurs experts, les investissements du gouvernement fédéral, comme ceux du gouvernement de François Legault, sont insuffisants pour augmenter considérablement le nombre de logements abordables.

En effet, les 2,5 milliards de dollars sur sept ans annoncés par le gouvernement de Justin Trudeau apportent seulement un baume temporaire à la crise du logement qui risque toutefois de s’exacerber dans les prochaines années.

Ce financement doit permettre la construction ou la rénovation de 35 000 unités d’habitation abordables dans tout le pays. «Il faut savoir que cette initiative vise à répondre à des besoins urgents de personnes en situation d’itinérance ou de très grande précarité», soutient Véronique Laflamme, porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain.

Elle croit que le soutien d’Ottawa ne permettra pas le développement de logements sociaux pour des locataires qui consacrent une part trop importante de leurs revenus pour se loger. Les sommes prévues seront trop faibles pour couvrir les besoins de l’ensemble du pays sur une décennie, ajoute-t-elle.

Même son de cloche du côté de Nick Revington qui pense que «35 000 unités pour tout le Canada n’est pas assez pour le besoin». À Montréal seulement, 23 000 personnes sont sur la liste d’attente pour un logement social. De plus, certaines personnes ne sont même pas inscrites sur cette liste sachant très bien que celle-ci est déjà saturée.

L’argent frais du gouvernement Trudeau annoncé dans son budget vient s’ajouter aux 40 milliards de dollars débloqués sur dix ans dans la Stratégie nationale sur le logement, mise en place en 2017. Pour 2021-2022, une somme supplémentaire de 1,5 milliard sera consacrée à la création rapide de logements.

Selon le directeur général de la Société immobilière Quatre-Bourgeois, Mathieu Sachel, une compagnie de gestion de logements basée dans la ville de Québec, ce sont de «bonnes mesures temporaires». Il est d’avis que le système immobilier doit être rapidement revu, sinon «l’accès à la propriété va continuer à être de plus en plus difficile, les propriétaires vont continuer à s’enrichir et les locataires vont continuer à s’appauvrir».

Une nouvelle taxe

À partir de janvier 2022, une taxe de 1% va être imposée sur les biens immobiliers qui ne sont pas pleinement utilisés par les propriétaires étrangers qui ne résident pas au Canada.

Cela va permettre au gouvernement d’amasser 700 millions de dollars sur quatre ans pour financer différents programmes de logements abordables. «C’est un peu illusoire de penser que c’est ça qui va régler la crise du logement», lance Mme Laflamme.

«La difficulté, c’est vraiment de démontrer que la maison est complètement inoccupée», souligne de son côté l’économiste François Des Rosiers, professeur à l’Université Laval. Le défi est de taille, car la taxe pourrait être contournée par des propriétaires rusés, comme cela s’est vu à Londres, au Royaume-Uni, qui a déjà adopté une mesure similaire.

Selon Nick Revington, un autre problème se pose. «Il y a aussi beaucoup d’investisseurs du marché immobilier qui sont étrangers, mais qui résident au Canada ou qui sont des Canadiens», souligne-t-il.

Le professeur considère que l’imposition de cette nouvelle taxe est un écran de fumée. «Ça ne va pas changer beaucoup de choses», pense-t-il.

Avec la collaboration de Florent Maiorana, École des médias de l’UQÀM:

https://latelier.uqam.media/le-federal-sous-estime-les-logements-abordables/ 

Articles similaires