National

Assouplissement des règles sur le port du masque en extérieur

La terrasse du restaurant La Catrina, sur Saint-Viateur. Photo: Josie Desmarais/Journal Métro

Alors que le port du masque est parfois synonyme d’inconfort quand le thermomètre monte, le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et la CNESST ont annoncé aujourd’hui des assouplissements dans les milieux de travail.

Lorsqu’un avertissement de chaleur sera émis par Environnement Canada, les employés ne seront plus obligés de porter un masque de qualité à l’extérieur. Cela même si la distanciation physique de un mètre ne peut être respectée.

Un avertissement de chaleur est émis par Environnement Canada lorsqu’on prévoit une température de 30 degrés ou plus et un indice humidex de 40 ou plus pendant au moins une heure ou une température de 40 degrés Celsius ou plus.

Le retrait du masque en extérieur se terminera quand le mercure redescendra sous la barre des 30 degrés Celsius.

Pour concilier respect des règles sanitaires et confort en période de forte chaleur, la CNESST recommande également des pauses plus fréquentes et de prévoir des lieux et des moyens de rafraîchissement.

À propos des assouplissements annoncés aujourd’hui, Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie a rappelé que le mesure ne s’applique que «lors des jours déclarés de canicule» et qu’il faut «agir avec précaution.»

Pour consulter la documentation de la CNESST en vigueur (Coup de chaleur | Commission des normes de l’équité de la santé et de la sécurité du travail – CNESST (gouv.qc.ca) et la fiche de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail qui propose des solutions pour améliorer le confort.

«L’assouplissement annoncé aujourd’hui permettra, lors de périodes de canicule, de continuer à agir en prévention en évitant les coups de chaleur. Il faut toutefois continuer à appliquer les différentes mesures de prévention requises pour garder sous contrôle la propagation de la COVID-19.»

Manuelle Oudar, présidente du conseil d’administration et chef de la direction de la CNESST

Cette annonce, faite à la suite de discussions et en collaboration avec la Santé publique, est liée au contexte sanitaire. Les normes réglementaires qui prévoient une obligation de porter un masque à titre d’équipement de protection individuelle, sans égard à la COVID-19 (ex. présence d’amiante ou de silice), continuent de s’appliquer.

Articles récents du même sujet