National

Les groupes communautaires ensevelis sous la paperasse

Photo: Métro

De plus en plus financés selon une logique du secteur privé, les organismes communautaires voient leur charge bureaucratique augmenter et leur capacité d’action diminuer, stipule une étude publiée mercredi par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS).

C’est après avoir sondé 346 organisations communautaires à travers la province que l’Institut est arrivé à cette conclusion. Parmi les groupes étudiés, 62% ont constaté une augmentation importante du nombre de rapports, de données ou de statistiques à fournir aux bailleurs de fonds.

«Sur de minuscules équipes, il y a parfois trois personnes qui se consacrent uniquement à la paperasse. C’est très inquiétant de voir tous ces gens qui pourraient intervenir auprès de ceux qui en ont besoin se transformer en bureaucrates», mentionne le chercheur Guillaume Hébert, auteur de l’étude.

Le sondage mené par l’IRIS révèle que certains groupes doivent modifier leur mission en fonction du bailleur de fonds, qu’il s’agisse de l’État ou d’une organisation privée. «Le plus inquiétant c’est que certains bailleurs de fonds exercent des pressions auprès de la direction des groupes, pour instaurer une gestion axée sur la reddition de comptes, la sous-traitance et la tarification, ce qui engendre un lourd processus administratif», précise Francis Fortier, aussi auteur de l’étude.

Les organismes communautaires ayant besoin de financement doivent se plier à cette vision «managériale», poursuit M. Fortier. Cette façon de fonctionner entraîne des impacts: un grand nombre d’organismes ne se disent plus capables d’offrir l’ensemble de leurs services et doivent souvent limiter le nombre de bénéficiaires.

«La logique marchande est incompatible avec la nature même de l’action communautaire, qui a comme mission d’aider les groupes laissés pour compte», soutient M. Fortier.

L’étude Les organismes communautaires au Québec: Financement et évolution des pratiques est disponible sur le site de l’IRIS.

Articles récents du même sujet