National
16:23 18 juin 2013 | mise à jour le: 18 juin 2013 à 16:23 temps de lecture: 3 minutes

La manne tombée du ciel!

La manne tombée du ciel!
Photo: Collaboration spéciale

Fin juin, un peu avant la brunante, un automo­biliste tra­verse le pont Jacques-Cartier et roule le long de l’autoroute 20, puis de la 15 Nord, en direction de La Prairie. Au loin, un nuage. Tout à coup, des centaines d’insectes s’écrasent dans son pare-brise! Il actionne ses essuie-glaces. Quelle bouillie! Mais que s’est-il passé?

Cet automobiliste vient de rencontrer les éphémères ou, dans le langage populaire, les mannes.

Les éphémères sont apparues au Carbonifère, il y a environ 280 à 350 millions d’années. Ce sont les plus anciens insectes ailés encore vivants de la planète.

Il existe environ 3 000 espè­ces d’éphémères de par le monde, dont 154 vivent au Québec.

Les éphémères passent la majeure partie de leur vie dans l’eau, soit de un à trois ans, selon l’espèce. Elles sont alors au stade larvaire. Cette période paraît très longue par rapport à la durée de la vie adulte hors de l’eau, qui est d’un à trois jours.

Ce groupe d’insectes constitue un important maillon de la chaîne alimentaire dans les écosystèmes d’eau douce. Le rôle des éphémères durant ces différents stades est essentiel dans l’alimentation des poissons de pêche sportive comme les ombles de fontaine.

Les pêcheurs sont familiers avec ces insectes, car ils sont fréquemment utilisés comme modèles pour la fabrication de mouches artificielles. La mouche «Royal Coachman» est l’une des plus populaires pour attraper l’omble de fontaine (truite mouchetée).

Au Québec, l’émergence des adultes en grande quantité à la fin du mois de juin et au début de juillet coïncide avec la période de reproduction. Il n’est pas rare de voir des centaines de milliers d’individus en vol le long des routes et des ponts bordant les cours d’eau, causant des problèmes de circulation. Attirées par la lumière des réverbères, elles peuvent toutes se retrouver au même endroit, au même moment. Une solution pour en diminuer le nombre serait d’utiliser des lampes au sodium. Ces lumières sembleraient diminuer la quantité d’éphémères le long des routes.

Les mannes peuvent être des insectes gênants, mais n’oublions pas que l’abondance de ces insectes est un indicateur de la qualité de nos cours d’eau. Leur rôle revêt une grande importance dans la chaîne alimentaire de nos écosystèmes.

Sensible à la pollution des eaux, ce sont parmi les premiers êtres vivants à disparaître quand les conditions du milieu sont modifiées par la présence d’éléments polluants tels les pesticides, les métaux lourds et les détergents.

Alors, la prochaine fois que vous aurez des mannes sur votre pare-brise, sachez que ce petit inconvénient n’est «qu’éphémère»!

***
Jeûne obligé pour les adultes!

La plupart des larves d’éphémères sont herbivores et se nourrissent de détritus végétaux et d’algues. Elles sont donc inoffensives pour les humains. Adultes, elles ont les parties buccales atrophiées non fonctionnelles et elles n’ont pas de tube digestif : elles ne peuvent donc plus se nourrir. Elles survivent grâce aux réserves accumulées au cours du stade larvaire, le temps de la reproduction.

Eddie Persent
Biodôme de Montréal
espacepourlavie.ca

Articles similaires