National

Les adultes savent aider les enfants agressés, mais ne le font pas

Encore aujourd’hui, trop d’adultes se sentent dépourvus lorsqu’un enfant leur confie avoir été victime d’une agression physique ou sexuelle.

«Les Québécois savent ce qu’il faut faire, mais lorsque ça leur arrive, les émotions altèrent leurs décisions», a expliqué hier le chef du programme enfant-famille, jeunesse et santé mentale, du CSSS de l’Ouest-de-l’Île, Claude Girouard. Il commentait alors les résultats d’un sondage commandé par la Fondation Marie-Vincent portant sur la réaction des adultes lorsqu’un enfant se dit victime d’une agression sexuelle ou physique ou qu’il a été témoin de violence conjugale.

Près de la totalité des répondants au sondage mené par la maison Écho Sondage soutiennent que leur première réaction est de dire à l’enfant qu’il a bien fait d’en parler et ils envisagent tout de go de dénoncer l’agresseur à la Direction de la protection de la jeunesse ou à la police.

Toutefois, avant d’alerter les autorités, près de 78 % des répondants tenteront de recueillir plus d’indices, ce qui est un mauvais réflexe selon M. Girouard. «Raconter de nouveau leur histoire fait revivre [aux enfants] une situation traumatisante et [occasionne] pour eux davantage de difficultés», a-t-il indiqué. Des enfants auront aussi tendance à modifier leur récit selon les réactions des adultes.

Par ailleurs, près de la moitié des adultes promettront de ne pas alerter les autorités si l’enfant le demande. «C’est extrêmement grave, a indiqué Claude Girouard. C’est quelque chose qu’on doit dépasser en tant que société.»

Toujours selon le sondage, près de 40 % des adultes iront confronter l’agresseur plutôt que d’alerter la police. C’est ce qui explique en partie que seulement une agression sur dix est signalée, a avancé M. Girouard. Selon lui, si un enfant est agressé une fois, il y a de fortes chances qu’il le soit une deuxième fois.

Près de 1 000 personnes ont répondu à ce sondage au cours des mois d’avril et de mai. Sa marge d’erreur est d’environ 3 %.

Articles récents du même sujet