National
11:38 28 janvier 2009 | mise à jour le: 28 janvier 2009 à 11:38 temps de lecture: 3 minutes

Le fédéral savait depuis 1978 que l'eau de Shannon était contaminée

MONTREAL – Le gouvernement fédéral savait depuis une trentaine d’années
que l’eau était contaminée dans une municipalité où des citoyens le
poursuivent depuis 2007 pour des cas de cancer.

Selon l’étude de 1978 obtenue par Radio-Canada par l’entremise de la
loi d’accès à l’information, les ministères fédéraux de l’Environnement
et de la Défense avaient été prévenus que des eaux usées étaient
déversées dans un étang en contact avec la nappe phréatique, à Shannon,
une municipalité située près de la base militaire de Valcartier, mais
aussi près d’un centre de recherche de l’armée et près d’une ancienne
usine d’armement exploitée par une filiale de SNC Lavalin.

Or, les citoyens de la localité ont entamé un recours collectif en 2007
pour obtenir dédommagement du fédéral et de la filiale de SNC Lavalin,
en raison du lien à démontrer entre les nombreux cas de cancer et un
produit toxique cancérigène, le trichloréthylène (TCE), un dégraissant
industriel qui était utilisé dans la fabrication d’armements.

Toujours selon Radio-Canada, l’étude de 1978 précisait que le
déversement des eaux usées était « inacceptable ». Le terrain où
s’effectuait les déversements a été remblayé 16 ans plus tard, mais la
décontamination n’a toujours pas été entreprise. Pourtant en 1999, des
données obtenues notamment par les ministères fédéral et provincial de
l’Environnement et par la Direction de la santé publique indiquaient
que la concentration de TCE dans l’eau alimentant Shannon était 180
fois supérieure à la limite autorisée.

Pour étayer leur thèse dans leur recours collectif, les citoyens de
Shannon ont fait analyser par un laboratoire américain des tissus
cancéreux prélevés sur des personnes touchées. Les échantillons ont
démontré des mutations de l’ADN qu’on ne retrouve pas sur les cas
témoins qui n’ont pas été exposés au TCE.

Le nombre de citoyens ou d’ex-citoyens de Shannon susceptibles d’avoir
droit à un dédommagement pour avoir bu de l’eau contaminée au TCE
pourrait atteindre 4000. Le montant total de la réclamation dépassera
les 40 millions $ si effectivement 4000 personnes se manifestent.

Les Forces ont terminé des tests, au coût de 8 millions $, pour
explorer les options possibles afin de freiner la contamination. La
municipalité a pratiquement épuisé les 19 millions $ versés par le
gouvernement fédéral pour l’aider à trouver une source indépendante
d’eau, et veut maintenant 11,5 millions $ de plus pour parachever le
travail.

La superficie touchée par la contamination s’étire sur environ cinq
kilomètres de distance. La substance toxique se déverse dans la rivière
Jacques-Cartier, à l’ouest de la base de Valcartier, et s’approche très
lentement de la périphérie de la ville de Québec, à l’est.