Soutenez

Un débat réclamé sur Postes Canada

Les syndiqués de Postes Canada réclament un débat public sur les services postaux au Canada.

«On demande au gouvernement fédéral d’arrêter les compressions et d’aller de l’avant avec une consultation sur l’avenir des services postaux», a déclaré jeudi le président du Syndicat des travailleurs des postes (STTP), Denis Lemelin.

Au cours d’un rassemblement, prévu vendredi en Ontario, le STTP apportera au bureau de circonscription de la ministre Lisa Raitt, qui est responsable de Postes Canada, plus de 10 000 cartes postales signées par des Canadiens qui veulent débattre des services offerts par la société de la couronne.

Il y a cinq ans vendredi, le gouvernement fédéral adoptait le Protocole du service postal canadien, qui déterminait notamment les délais de livraison, le prix des timbres, la proximité des bureaux de poste et le traitement des plaintes.

Venant à échéance vendredi, le Protocole du service postal canadien doit maintenant être révisé. D’après le Syndicat des travailleurs des postes, la ministre Raitt ne le fera pas.

«Elle ne révisera pas le protocole parce que Postes Canada a mis en place un plan de restructuration qui touche directement les services à la population et qu’elle le soutient, a dit M. Lemelin. Elle veut éviter le débat public.»

«On veut un débat sinon la lutte va continuer pour en faire un enjeu politique aux prochaines élections fédérales.» – Denis Lemelin, président du Syndicat des travailleurs des postes

Métro a communiqué avec le cabinet de la ministre Raitt pour savoir si cette dernière ferait une consultation publique au sujet du Protocole du service postal canadien. Le cabinet a répondu que Postes Canada a déjà demandé l’avis des Canadiens avant de concevoir son plan de restructuration.

Ce plan vise à augmenter le prix du timbre, à centraliser les opérations postales, mais surtout à mettre fin à la livraison du courrier à domicile. D’ici cinq ans, 8000 emplois de facteurs seront abolis. Dans la région de Montréal, les premières villes qui seront touchées par ces compressions sont Rosemère, Lorraine, Bois-des-Filion, Charlemagne et Repentigny. Des boîtes postales y seront installées dès cet automne.

«On est au début de notre processus, qui dure de 7 à 8 mois par communauté», a dit la porte-parole de Postes Canada, Annick Losier.

En 2015, ce sera au tour des arrondissements de Lachine, de Pierrefonds-Roxboro et de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, de même que des villes de Pointe-Claire, de Kirkland, de Dorval, de Longueuil, de Brossard et de Saint-Lambert. Postes Canada n’a pas encore décidé où elle cessera ensuite de distribuer le courrier, d’après Mme Losier.

L’Union des municipalités du Québec, qui s’est positionnée contre la fin de la livraison du courrier à domicile, assure un suivi rapproché du dossier. Elle tente présentement de rencontrer les dirigeants de Postes Canada pour faire valoir son point de vue.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.