National

Québec veut aider des communautés immigrantes à régulariser leur statut

Photo: Archives Métro

Le gouvernement du Québec tentera d’aider des immigrants haïtiens ou zimbabwéens à régulariser leur statut, selon le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion.

La nouvelle donne suite à la levée, le 1er décembre dernier, du moratoire sur les renvois de ces personnes vers leur pays d’origine . À partir de cette date, ils disposent de six mois pour faire une demande de résidence permanente pour motifs humanitaires.

Selon un communiqué la ministre québécoise de l’Immigration, Kathleen Weil, Québec émettra des «avis sur le parcours d’intégration» pour ces ressortissants, qui sera «pris en compte par le gouvernement fédéral», augmentant ainsi leurs chances d’être acceptés.

L’évaluation prendra en compte «l’intégration en emploi, l’intégration scolaire des enfants, la participation à la vie collective et le respect des lois», toujours selon le communiqué.

«Ça va aider pour l’obtention du visa. Une sélection du Québec ne garantit pas à 100% l’acceptation du gouvernement fédéral, mais quand même… il y a beaucoup, beaucoup plus de chance», estime Marjorie Villefranche, directrice générale de la Maison d’Haïti. L’organisme est un des 5 mandatés par le gouvernement pour aider les quelque 3500 personnes visées à compléter leur demande.

«Je pense qu’une bonne partie de ces gens vont pouvoir rester [au Canada], on va tout faire pour les aider», rajoute-t-elle.

Janet Dench, directrice Conseil canadien pour les réfugiés (CCR), voit aussi l’annonce d’un bon œil, mais n’est pas aussi optimiste que Mme Villefranche.

«Le [financement] qui est offert à ces organismes [est trop peu], et ils n’ont pas nécessairement beaucoup d’expérience dans ces choses-là… en général, si on veut que la demande soit bien faite, il faut consulter un avocat, et prévoir des milliers de dollars, juge-t-elle. Ça peut être bon, mais si les organismes n’ont pas les ressources ou la formation nécessaire [pour remplir ce type de demande], ça ne sera pas avantageux pour quelqu’un de déposer un document mal rempli.»

Elle déplore de plus que le gouvernement fédéral ne tente pas de contacter les immigrants sans statut pour les informer de la levée du moratoire. Elle affirme que beaucoup d’immigrants zimbabwéens ont quitté le Québec depuis leur arrivée, et ne seront peut-être pas au courant de la démarche à suivre.

«On aurait préféré avoir quelque chose qui dit simplement que si la personne rencontre les critères d’avoir vécu au Canada depuis un nombre suffisant d’années et qu’elle n’a pas fait preuve de criminalité, qu’elle puisse avoir la résidence permanente», conclut-elle.

Ottawa a imposé ce moratoire pour le Zimbabwe en 2002 et pour Haïti en 2004.

Bien que le communiqué ait été diffusé hier matin, il a été impossible pour Métro de rejoindre le service des communications du ministère ou la ministre, ceux-ci étant en vacances des Fêtes hier.

Ressources
Cinq organismes ont été mandatés par le gouvernement du Québec pour aider les immigrants haïtiens et zimbabwéens à régulariser leur statut:

  • La Maison d’Haïti
  • Le service d’aide et de liaison pour immigrants La Maisonnée
  • Accueil aux immigrants de l’Est de Montréal
  • Le Carrefour d’intercultures de Laval
  • Le Carrefour le Moutier

Articles récents du même sujet