National

Qui sont et où vivent les clients d’Ashley Madison au Canada et au Québec

Qui sont et où vivent les clients d’Ashley Madison au Canada et au Québec

Pour voir notre carte interactive, rendez-vous au bas de l’article ou cliquez ici.

Les informations personnelles de plus de 30 millions d’usagers du site web Ashley Madison, spécialisé dans les relations adultères, ont été révélées par des pirates informatiques.

Métro a eu accès aux données volées et les a analysées. Nous avons constaté avec surprise que bon nombre de clients ont choisi d’utiliser une adresse électronique professionnelle pour s’inscrire, sans doute inconscients du risque encouru.

Il est possible que certains comptes soient faux. D’ailleurs, la compagnie torontoise n’a pas confirmé qu’il s’agissait bel et bien de ses données.

Toutefois, Métro a pu très facilement retracer plusieurs des personnes inscrites et vérifier leurs coordonnées avec une simple recherche Google.

Notre démarche démontre à quel point cette fuite massive d’information risque de porter préjudice à des dizaines de milliers de personnes au pays, voire plus.

Parmi les adresses courriels des clients d’Ashley Madison, on retrouve notamment:

  • 553 adresses de fonctionnaires fédéraux (courriels terminant en .gc.ca)
    • 163 courriels des Forces canadiennes (@forces.gc.ca)
    • 34 courriels des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (@pwgsc.gc.ca)
    • 23 courriels du Parlement du Canada (@parl.gc.ca)
    • 22 courriels de Service Canada (@servicecanada.gc.ca)
    • 20 courriels de Santé Canada (@hc-sc.gc.ca)
    • 19 courriels d’Industrie Canada (@ic.gc.ca)
    • 17 courriels de Ressources naturelles Canada (@nrcan.gc.ca)
    • 17 courriels de Transport Canada (@tc.gc.ca)
    • 16 courriels de la Gendarmerie Royale du Canada (@rcmp-grc.gc.ca)
    • 16 courriels du Service correctionnel du Canada (@csc-scc.gc.ca)
  • 315 adresses terminant par .qc.ca, dont :
    • 9 courriels du Ministère de la Santé et des Services sociaux (@ssss.gouv.qc.ca)
    • 7 courriels de la Sûreté du Québec
    • 6 courriels du Service de police de la Ville de Montréal (@spvm.qc.ca)
    • 6 courriels de la Commission scolaire de Montréal (@csdm.qc.ca)
    • 4 courriels de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (@cssmi.qc.ca)
    • 4 courriels de la Ville de Laval (@ville.laval.qc.ca)
    • 4 courriels de la Commission scolaire Riverside (@rsb.qc.ca)
    • 3 courriels du Service de police de la communauté urbaine de Montréal (@spcum.qc.ca)
    • 2 courriels de la Ville de Montréal (@ville.montreal.qc.ca)

Les universitaires sont présents en grand nombre. Parmi les universités québécoises, on retrouve :

  • 23 courriels de l’Université Laval (@ulaval.ca)
  • 20 courriels de l’Université du Québec en Outaouais (@uqo.ca)
  • 19 courriels de l’Université de Montréal (@umontreal.ca)
  • 13 courriels de l’Université du Québec à Trois-Rivières (@uqtr.ca)
  • 11 courriels de l’Université du Québec à Montréal (@courrier.uqam.ca)
  • 18 courriels de l’Université MCGill (@mcgill.ca)
  • On retrouve également 28 courriels de la Polytechnique Montréal (@polymtl.ca)

Par ailleurs, on retrouve aussi 24 adresses se terminant par @cbc.ca et 5 par @radio-canada.ca.

L’entreprise Transcontinental, propriétaire du journal Métro, semble aussi avoir 16 employés qui auraient utilisé leur adresse courriel professionnelle pour s’inscrire aux services d’Ashley Madison. Aucune adresse du Journal Métro ne se trouve dans la base de données.

Les comptes cartographiés
Lors de leurs inscriptions, les clients sont amenés à indiquer leur lieu de résidence. 2 239 556 comptes ont pour pays le Canada. Dans la majorité des cas, les membres du controversé service ont précisé leur ville de résidence.

De toute évidence, le service d’aventures extra-conjugales a des amateurs partout au pays.

Toronto (222 982), Calgary (107 021) et Edmonton (84 971) sont les villes avec le plus de comptes enregistrés. Montréal arrive quant à elle en 4e position, avec 72 304 comptes enregistrés.

Note: Nous avons supprimé toutes les villes avec moins de 50 comptes pour préserver l’anonymat des victimes de ce piratage informatique. MAJ (21 août à 16h24): La carte montre le nombre de comptes dans la base de données piratée. Il est possible que des comptes inactifs soient comptabilisés, tout comme certains comptes fictifs créés par la compagnie pour faire gonfler ses chiffres.